.

Il est temps de préserver l’environnement

Dans un rapport de 2018, le GIEC estimait qu’il restait environ 12 ans pour inverser la lutte contre le changement climatique. D’autres sources ont évoqué des délai beaucoup plus courts de 18 mois.

Alors, combien de temps reste-t-il vraiment pour sauver notre planète? Y a-t-il un véritable point de basculement vers notre planète? Que vous l’appeliez réchauffement climatique ou crise climatique, les humains ne sont pas programmés pour des crises lentes à long terme. Nous savons juste comment penser (et / ou courir) très vite lorsque nous sommes dos au mur, mais le changement climatique arrive aux humains sous un angle mortel. L’angle d’une lente combustion

Alors que les dirigeants mondiaux se réunissent chaque année pour discuter de la manière de mieux façonner notre avenir grâce à une coopération renforcée, il est impératif de se concentrer également sur la manière d’empêcher la santé de notre planète de se détériorer.

Le défi et l’opportunité qui se présente à nous aujourd’hui est de commencer à penser au développement à travers la lentille de la santé environnementale. L’environnement en tant que préoccupation première, pas après le reste. La science n’a jamais été aussi claire. Nous connaissons l’impact, les conséquences et la non-durabilité de notre modèle de développement. Alors que nous continuons à nous connecter de nouvelles façons, nous devons également nous reconnecter à la Terre. La vérité indéniable est que nous continuons à faire de grands dégâts à la planète et que nous n’avons pas appris à faire croître notre économie sans nuire à la nature. Plus que de la technologie, cela nécessitera un changement fondamental de mentalité – un changement qui redéfinira notre relation avec la planète et ses systèmes naturels.

Aucune technologie humaine ne peut remplacer complètement la «technologie de la nature», perfectionnée sur des centaines de millions d’années pour fournir des services clés pour soutenir la vie sur Terre. Un monde naturel productif et diversifié et un climat stable ont été les atouts fondamentaux à la base du succès de notre civilisation, et continueront de l’être à l’avenir. Un enjeu fondamental des précédentes révolutions technologiques a été la légèreté avec laquelle nous avons tenu pour acquis le milieu naturel plutôt que de le valoriser comme condition nécessaire au développement.

Si nous continuons à produire, à consommer et à alimenter nos vies comme nous le faisons actuellement, les forêts, les océans et les systèmes météorologiques seront submergés et s’effondreront. L’agriculture, la pêche, les projets d’infrastructure, l’exploitation minière et l’énergie non durables entraînent une perte de biodiversité et une dégradation de l’habitat sans précédent, une surexploitation, la pollution et le changement climatique. Alors que leurs impacts sont de plus en plus évidents dans le monde naturel, les conséquences sur les personnes et les entreprises sont également réelles.

De la rareté de la nourriture et de l’eau à la baisse de la qualité de l’air que nous respirons, les preuves n’ont jamais été aussi claires. Cependant, dans de nombreux cas, nous ne parvenons pas à établir le lien. Nous agissons comme Homo technologicus, avec l’état d’esprit de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs. Parallèlement à la révolution technologique, nous avons besoin d’une révolution culturelle tout aussi sans précédent dans la façon dont nous nous connectons avec la planète.

La santé défaillante de notre planète

Chaque jour, de nouvelles preuves de notre impact non durable sur l’environnement émergent. Un climat déstabilisé génère des conditions météorologiques extrêmes plus fréquentes et mortelles. Les cinq dernières années ont été la période de cinq ans la plus chaude jamais enregistrée, tandis que l’Arctique s’est réchauffé beaucoup plus rapidement que prévu et l’ONU estime qu’au cours des 10 dernières années, les catastrophes liées au climat ont causé 1,4 billion de dollars de dégâts dans le monde.

En un peu plus de 40 ans, le monde a connu un déclin de 60% des populations d’animaux sauvages sur terre, en mer et en eau douce et se dirige vers une chute choquante des deux tiers d’ici 2020. Cela s’est produit en moins de deux générations.

Les forêts sont sous pression comme jamais auparavant, grâce à une déforestation sans relâche. 170 millions d’hectares de déforestation supplémentaire se produiront d’ici 2030 – la taille de la Mongolie – tirée par l’élevage à grande et petite échelle et la production d’huile de soja et de palme.

Nos océans sont soumis à une grande pression. Nous jetons du plastique et des produits chimiques toxiques dans la mer, empoisonnant notre propre nourriture. Nous capturons des poissons de façon inutile et non durable, avec 90% des stocks de poissons du monde surexploités. Nous avons perdu 50% des récifs coralliens du monde au cours des 30 dernières années. En une génération, le monde a perdu près de la moitié de ses populations d’espèces marines.

Pourquoi est-ce important?

La valeur inexpliquée de la nature

C’est important parce que nous ne pouvons pas avoir un avenir prospère sur une planète épuisée, et tous les signes indiquent que l’activité humaine pousse la Terre au bord du gouffre.

La biodiversité – le réseau complexe de vie constitué de millions d’espèces, de plantes, de bactéries et de champignons – sous-tend les systèmes naturels que nous tenons pour acquis; des systèmes qui nous fournissent l’air que nous respirons, la nourriture que nous mangeons et l’eau que nous buvons. Il maintient les écosystèmes dont la société a besoin pour prospérer, garantissant l’accès aux matières premières, aux produits de base et aux services essentiels. La perte sans précédent de biodiversité que nous constatons aujourd’hui est une menace existentielle pour la vie humaine et le développement économique. Si l’indice de biodiversité était considéré comme apparenté à la bourse, notre planète se dirigerait vers un crash spectaculaire.

La perte de biodiversité a également une valeur économique. Le WWF évalue la valeur des principaux actifs océaniques à 24 billions de dollars, et c’est une estimation prudente. Par rapport aux plus grandes économies nationales, l’océan se classerait au septième rang, avec une valeur annuelle de biens et services de 2,5 billions de dollars. Trop gros pour échouer, pourrait-on dire. Un accès régulier à une eau douce de qualité est également vital pour la plupart des entreprises et des industries – dans la fabrication, le chauffage, le refroidissement, le nettoyage ou comme ingrédient. Avoir trop peu ou trop, ou de l’eau trop sale ou trop chère, aura un impact sur les résultats.

La conservation des forêts, de l’océan et de la faune est dans l’intérêt de tous pour la durabilité et notre propre prospérité. C’est pourquoi le moment est venu pour les entreprises, les gouvernements, les associations comme le Groupe SOS, les institutions et la société civile de travailler ensemble pour stopper le changement climatique et la dévastation de la nature.

Notre civilisation se trouve à la croisée des chemins. L’équation est simple: nous ne bâtirons pas un avenir stable, prospère et équitable pour l’humanité sur une planète dégradée.

Ensemble, nous devons arrêter la perte de la nature

La technologie changera sans aucun doute nos vies et nous constatons déjà des percées dans la conservation. La révolution des énergies renouvelables est probablement l’exemple le plus impressionnant de l’impact positif des nouvelles technologies. Les technologies de télédétection permettent de surveiller l’état de la planète comme jamais auparavant. La blockchain est utilisée pour établir des systèmes de certification et de traçabilité pour les produits agricoles et les poissons afin que les consommateurs puissent être assurés de leur origine, de leur légalité et de leur durabilité.

Les institutions financières ont un rôle énorme à jouer. Le secteur bancaire dans son ensemble ne parvient pas à réorienter les flux financiers des pratiques commerciales destructrices sur le plan environnemental et social et, surtout, ne saisit pas encore les opportunités de croissance nécessaires pour financer la transition vers une économie durable, qu’il s’agisse d’énergies renouvelables ou de projets d’eau durables.

Les entreprises doivent également être en première ligne pour stopper le changement climatique et la perte de biodiversité. Le dernier rapport sur les risques mondiaux du Forum économique mondial énumère l’instabilité climatique, les événements météorologiques extrêmes et la rareté de l’eau comme des défis majeurs auxquels sont confrontées les entreprises aujourd’hui. Alors que les effets du changement climatique s’aggravent et que les ressources de notre planète sont de plus en plus sollicitées, les problèmes de durabilité toucheront de plus en plus les résultats des entreprises ainsi que leur licence sociale d’exploitation. La protection des terres, des océans, des rivières, des forêts et des communautés permet non seulement d’atténuer les risques dans la chaîne d’approvisionnement, mais est parfaitement logique sur le plan commercial.

Les objectifs de développement durable des Nations Unies et l’ accord de Paris sur le climat , s’ils sont pleinement et de toute urgence mis en œuvre, sont l’occasion de changer fondamentalement la façon dont nous produisons, consommons et sauvegardons notre richesse naturelle. Nous pouvons toujours ramener la planète au bord du gouffre. Nous avons pris des engagements, signé des déclarations et commencé à progresser dans la mise en œuvre. Mais ce que nous faisons n’est pas suffisant. Le statu quo a la planète au point de rupture. Nous devons voir un bond en avant dans la vitesse et la profondeur du changement. Les entreprises peuvent être à la fois rentables et durables sur le plan social et environnemental en offrant des résultats triples: planète, personnes et profit. Le moment est venu d’y parvenir.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Logo-universite-animal-1
Bonjour amis de Néoplanète!
L’écologie est dorénavant un sujet partagé dans tous les médias, quelle bonne nouvelle!
Du coup, nous nous passionnons maintenant pour l’intelligence animale, sujet d’actualité incroyablement riche
Venez sur notre site découvrir les incroyables talents de ceux qui sont loin d’être bêtes!
http://lanimaletlhomme.com
Yolaine