Beyoncé : « Je n’ai pas toujours été un modèle »

CARMEN A HIP HOPERAVous trouvez qu’aux Etats-Unis on n’en fait trop ou pas assez en termes de « green education » justement ?

Les Etats-Unis, ce sont plus de 300 millions d’habitants, des états fédéraux qui gèrent leur politique environnementale chacun comme ils l’entendent. Parfois, il y a des divergences, voire des conflits d’intérêt. Mais la volonté de changer la donne est là. Los Angeles, par exemple, est en passe de devenir l’une des technopoles les moins polluées. C’est le fruit d’années d’efforts, de mesures, de défiscalisation et de chasse au gaspillage !

Votre époux, le rappeur et producteur Jay Z est d’ailleurs très impliqué dans l’accès de l’eau dans les pays du Tiers Monde.

«Water for Life» est une association fondée au sein de l’ONU. Sa vocation est de fournir aux populations qui en ont cruellement besoin de l’eau propre et consommable. Pour nous qui vivons dans des pays industrialisés, avoir de l’eau pour se laver ou pour cuisiner semble aussi naturel que respirer. Pourtant, dans bien des pays, notamment en Afrique, l’eau est une denrée rare ! Certains villageois, parfois des enfants, parcourent des kilomètres chaque jour, pour récupérer quelques litres de cet élément liquide si précieux. « Water for life » assainit l’eau pour beaucoup de monde. C’est notre façon de redonner le sourire à des populations qui avaient perdu l’espoir. Mais, ce qui est surtout flagrant, c’est que nous réduisons ainsi de façon drastique les conflits entre certaines tribus. Les pénuries d’eau entraînent des tensions entre ceux qui en ont et ceux qui n’en ont pas ou plus ! Une eau propre, c’est aussi des maladies, des virus, en moins. Mais tout a un coût et la générosité de tous est bienvenue !

En tant que consommatrice concernée qu’est-ce qui vous énerve le plus?

77TH ACADEMY AWARDSProbablement le « packaging ». Il y a quelques jours, j’ai acheté un sac à main. Certes, c’était un beau sac en cuir, mais le premier réflexe de la vendeuse a été de mettre ce sac dans… un sac en plastique ! Il aurait été tellement facile de me demander si j’en voulais un! C’est un réflexe conditionné. Beaucoup de magasins pensent qu’ils n’offrent pas un bon service à leurs clients s’ils ne leur procurent pas un sac ! C’est comme la climatisation poussée à fond dans les hôtels ! Personnellement, j’aurais tendance à apprécier une boutique qui ne me propose pas de sac ! Mais là aussi, c’est un long travail à mener ! Les gens sont tellement habitués au plastique qu’ils ont toujours du mal à s’en passer. Je suis toujours aussi choquée de voir des fruits bio placés, non pas dans des cagettes en bois ou en carton, mais dans des conditionnements en plastique. D’un côté, l’argument de vente, c’est « manger sainement », de l’autre, en achetant ce type de produits, vous contribuez à la pollution de la planète ! Quel paradoxe !

Nature, vous l’êtes aussi dans votre mode alimentaire. Vous êtes l’une des rares artistes hollywoodiennes à assumer vos rondeurs et avoir pointé du doigt la tyrannie des régimes …

Quand je vois toutes ces jeunes actrices conditionnées par les régimes amaigrissants, je ne comprends pas. Pourquoi vouloir impérativement être filiforme lorsque ce n’est pas dans sa nature. Je ne dis pas qu’il ne faut pas faire attention à sa ligne, mais la nourriture est une sorte de carburant. Si vous n’en mettez pas assez, votre corps tombe en panne.

C’est aussi simple que ça ! Non à la privation donc, mais oui à la modération. Il faut aussi que les filles comprennent que nous sommes inégales devant la nature. Ma sœur mange comme quatre et ne prend pas un gramme alors que moi, il me suffit de regarder la photo d’un beignet dans un magazine pour prendre un kilo, rien qu’en salivant !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Frank ROUSSEAU, grand reporter et pur produit de la mondialisation ! Elevé en partie en Afrique, au Canada, en Nouvelle Calédonie. Eduqué en France puis dans les Universités américaines, il se passionne ensuite pour l’histoire de l’art et celles de civilisations avant d’intégrer le Figaro Quotidien. Journaliste freelance, il partage désormais son temps entre l’oligopole de Los Angeles et un petit village des Yvelines…