A Oslo, le courant passe !

couloir de busUN PAYS PIONNIER ET LA POINTE

Au coeur de la capitale norvégienne, des Nissan Leaf, des Peugeot iOn, des Renault Express, des Opel Ampera, des sportives… Si, dans le pays des fjords, Nissan est leader sur le marché, avec 4 100 exemplaires de sa première Leaf écoulés depuis deux ans, à Oslo, la star de la conduite électrique reste la Buddy : la voiture zéro émission 100 % norvégienne mise en circulation en 1991. Depuis une vingtaine d’années, la construction de cette voiturette de trois places n’a jamais été interrompue. Fait rare dans l’univers automobile. « Elle n’est pas très belle, mais elle me suffit en ville, elle est pratique », nous explique en riant une automobiliste. « Quand nous avons lancé la Leaf, une offre moderne, ça a été une vraie révolution », explique, avec le sourire, Olivier Paturet. Ici, donc, ça roule pour la voiture électrique. On en compte 12 000 en Norvège, dont 5 000 à Oslo. Cette conduite responsable est due à la volonté du gouvernement. « Il n’y a pas de TVA sur l’achat d’un véhicule électrique. Les avantages fiscaux sont énormes : ils peuvent s’élever jusqu’à 18 000 € ! Les Norvégiens n’hésitent pas ! » confirme Olivier Paturet.

ET EN FRANCE ? 

L’an passé, les ventes de voitures électriques représentaient seulement 1 % du marché. En 2013, la tendance s’inverse. Le maintien du bonus écologique, qui grimpe à 7 000 €, séduit les Français. 2 248 modèles électriques ont été écoulés au premier trimestre. Soit deux fois plus que sur la totalité de l’année 2012. Si ce succès est dû à l’arrivée de nouveaux véhicules comme la Zoé, l’achat reste cependant coûteux pour une voiture secondaire. Comptez 10 900 € pour une Peugeot iOn, 13 700 € pour une Renault Zoé, 17 290 € pour une Nissan Leaf. Autre point faible : les recharges. Au 1er mars 2013, l’Hexagone totalise 5 766 prises disponibles selon le site ChargeMap. C’est mieux que les 1 800 recensées l’année précédente, mais encore faible face aux 950 000 km d’asphalte de notre réseau routier. Le gouvernement souhaite installer 8 000 à 10 000 bornes d’ici à la fin de décembre. Pourtant, le budget semble restreint. Pour « le plan électrique », la France consacre une enveloppe de 50 millions d’euros… contre plusieurs milliards en Norvège.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Etudiante en dernière année à l’Ecole Supérieure de Journalisme de Paris (ESJ), Marion est une grande passionnée de sport, voyages et découvertes. Après avoir travaillé en tant que reporter pour radio Africa n°1, Chérie Fm et France Bleu 107.1, elle rejoint Néoplanète. Jeune journaliste, Marion pige également pour Les Nouvelles de Versailles.