Vu du ciel : les Héros de la nature au Canada

Yann Arthus-Bertrand vous donne rendez-vous mercredi 5 janvier à 20h35 sur France 3 pour le troisième volet de l’émission Vu du Ciel consacré aux Héros de la nature. Direction le Canada. Ce pays renferme des richesses naturelles exceptionnelles, dont 7% des réserves d’eau douce de la planète.


Des baleines et belugas du Saint Laurent, un des plus longs fleuves du monde, en passant par les saumons sauvages, une espèce rare mais dont regorgent les rivières canadiennes, jusqu’au scandale de Malartic, une petite ville à 500 km de Montréal, où 200 familles viennent d’être déplacées pour créer la plus grande mine à ciel ouvert du pays, Yann Arthus-Bertrand fait un état des lieux sans concessions de la 8eme puissance économique mondiale, fil rouge de cette émission.

Parmi les personnalités rencontrées, citons :

Temple Grandin, américaine de 63 ans, autiste de naissance, a su surmonter sa maladie pour bâtir un destin hors du commun. Elle a été la première à s’intéresser à la condition animale dans les abattoirs et a réussi l’incroyable pari de s’introduire dans un milieu masculin très fermé, celui de l’agro-industrie, pour changer les conditions d’abattage.

Michael Reynolds, architecte, a créé un concept novateur : des maisons créées de toutes pièces à partir de nos déchets quotidiens : des bouteilles en plastique, des pneus, des cannettes… Il a décidé de transmettre ses techniques révolutionnaires aux plus nécessiteux comme récemment en Haïti.

Le Prince Charles, l’héritier du trône d’Angleterre a créé, il y a plus de 20 ans une ferme de 700 hectares entièrement biologique, devenue au fil des années une véritable institution en Grande-Bretagne. Il a reçu Yann Arthus-Bertrand à Highgrove, dans sa résidence de campagne dans le Gloucestershire. Une maison et son domaine que le prince a acquis en 1980. Là, très vite, il va mettre en pratique ses idées en matière d’environnement, lancer son combat pour la protection de la nature et assouvir sa passion pour les jardins.

Il raconte : « Mon rapport privilégié à la nature remonte à très loin. Je ne sais pas pourquoi, c’est quelque chose qui a commencé quand j’étais tout petit, quand j’étais adolescent. Je m’inquiétais déjà pour toutes les destructions que l’homme infligeait à l’environnement ». Depuis quelques années avec sa Prince’s Foundation pour l’environnement, il milite pour un renouveau spirituel et annonce son objectif : « Je pense que le secret, c’est d’arriver à vivre en harmonie avec la nature, à être plus proche d’elle. Les dommages que nous lui infligeons sont aujourd’hui encore plus importants qu’avant. Il nous faut redécouvrir notre rapport, notre relation profonde avec elle. Nous l’avons trop longtemps regardée comme un simple objet mais nous sommes partie intégrante de la nature. Au fil du temps, nous nous sommes séparés d’elle. Ce qui est crucial à présent, c’est de retrouver le lien qui nous unit à notre environnement… »

En cette année internationale de la forêt, le prince Charles précise également au cours de l’émission : « Nous dépendons des services que nous rendent les forêts primaires. En particulier, des pluies indispensables qu’elles engendrent. Et également de l’absorption du carbone ou de la production d’oxygène. Ces forêts sont le poumon de notre planète. Le problème, c’est qu’on a mis trop longtemps à s’en rendre compte et qu’aujourd’hui, la situation est critique… »

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone