On peut vivre gratuitement (ou presque)…

En réponse à la crise mais aussi à la surconsommation, voici venir les  » gratuivores « ; une génération qui met l’échange plutôt que la dépense au centre de son mode de vie .

On-peut-vivre-gratuitement-

 

Version écrite de la chronique

Bonne nouvelle du jour, on peut vivre sans argent ou presque …

Oui car une génération pointe son nez parmi celle des trentenaires qui refusent la consommation à fond et préfèrent le gratuit , le don et l’échange. Cette population est née en réponse à la crise bien sûr, mais aussi à la surconsommation, à l’ultra-individualisme. Ces « gratuivores » sont majoritairement des femmes, nous révèle le mensuel Biba, une population qui mange des fruits et des légumes qu’elle ne paie pas (merci les poubelles de supermarché !), recycle les fringues des copines ou des autres (merci l’entraide !), se meublent dans la rue (merci les encombrants !), et même tentent les voyages gratis ou presque… grâce aux habitants du cru.

Internet n’est pas étranger à ce nouveau phénomène

Des sites comme jedonne.com, gchangetout.fr, troczone.com ou freecycle.org réunissent , en effet , des gens qui vivent avec la même philosophie: ne pas se laisser polluer par le système marchand.
Car l’idée est de moins dépenser mais aussi de donner : troquer un canapé contre trois chaises de cuisine, co-voiturer, ou prêter son deux-roues contre un plein d’épicerie au supermarché … Aujourd’hui les systèmes d’échange locaux ou SEL et les réseaux d’échange réciproque(RERS) sont légions. Parfois sous de nouveaux noms comme les Jardins d’échange universel ou encore les Accorderies qui fleurissent à Paris… Il y a aussi «le magasin pour rien » à Mulhouse où chacun a le droit de repartir avec trois objets… Un jour vous prenez , mais un jour aussi vous donnerez ou avez déjà donné : c’est le principe de l’échange et de l’attention à l’autre qui nous plaît tant dans ces initiatives. Au-delà de la réaction face à la crise et à la surconsommation, cela veut dire que nous redécouvrons les joies du partage et de la solidarité, bonne nouvelle non ?

La chronique « Bonne Nouvelle » de Yolaine de la Bigne sur ce sujet a été diffusée ce jeudi 5  septembre 2013 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète ses chroniques « Bonne Nouvelle » et « Environnement », enrichies de photos, de vidéos et de liens internet.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.