Virée nocturne pour la 9ème Nuit de la chouette

Le 19 mars prochain, c’est la 9ème Nuit de la chouette. La LPO (Ligue pour la protection des oiseaux) et la Fédération des Parcs naturels régionaux vous proposent des animations gratuites partout en France pour découvrir ces rapaces nocturnes et les dangers qui les guettent. Une plongée au cœur de l’obscurité.

Observation, expositions, conférences, films, lectures… Cette année, plus de 560 animations auront lieu à travers le territoire pour la 9ème Nuit de la chouette. Lors des sorties, les guides naturalistes lèveront le voile sur les neuf espèces de rapaces nocturnes nicheurs que compte la France métropolitaine. Vous retrouverez ainsi les plus répandues, comme la chouette hulotte, la chevêche d’Athéna, l’effraie des clochers et les hiboux moyen ou grand-duc. La chevêchette d’Europe et la chouette de Tengmalm sont deux espèces plus rares qui ne fréquentent que les forêts d’altitude. Le hibou des marais, lui, niche encore occasionnellement dans les marais et les friches. Quant au petit-duc scops, il est le seul rapace nocturne à passer l’hiver en Afrique avant de revenir sur notre territoire en avril.

Organiséedepuis 1995, la Nuit de la chouette regroupe petits et grands tous les deux ans, une fois la nuit tombée. Son but : observer les oiseaux, les bihoreaux, les hérons, les corneilles ou les cigognes… mais aussi sensibiliser sur les dangers qui menacent les rapaces. Plusieurs points sont soulignés par la LPO : destruction des habitats, raréfaction des sites de nidification, intensification agricole, trafic routier ou encore pollution lumineuse, qui modifie la croissance, l’alimentation, la reproduction et la migration des animaux.

Pour les protéger, il suffit d’adopter quelques gestes simples : ne pas déranger les chouettes qui couvent, laisser des ouvertures dans la maison pour leur permettre un accès, limiter l’utilisation de pesticides dans le jardin ou encore rouler moins vite en voiture la nuit pour ne pas entrer en collision avec elles.

Le saviez-vous ?

Les chouettes et les hiboux ont deux sens très développés indispensables à la capture de leurs proies : la vue et l’ouïe. Leur tête, très mobile, pivote sur elle-même sur près de 270° et leur rétine exploite la moindre source lumineuse. Leurs conduits auditifs décalés leur permettent de mieux cerner la provenance du son. Un disque facial leur permet d’amplifier les bruits.

L’info en + : des scientifiques ont découvert que les hiboux changent de couleur à cause de réchauffement climatique. Autrefois d’un plumage gris pour se fondre dans les paysages neigeux, ils deviennent marrons avec les hivers plus doux de l’hémisphère Nord.


Vous souhaitez participer à cette 9ème Nuit de la chouette ? Rendez-vous sur le site dédié à l’événement ou les sites de la Fédération des Parcs naturels régionaux et de la LPO. Cette année, 300 organisateurs se mobilisent en France. L’événement est également relayé par plusieurs structures en Suisse, en Belgique au Luxembourg et en Tunisie.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone