Vin : bouchon ou capsule ?

BOUCHONS : S. HEMPEL - SHUTTERSTOCKIl y a plus d’une manière de boucher une bouteille de vin (et de la déboucher !). Chaque méthode a ses avantages et ses inconvénients. Leurs partisans croisent le fer comme le montrent Yolaine de la Bigne et Jérôme Bonaldi. A écouter sur notre site et à lire dans le dernier numéro de Rustica !

 

 

 

 


PHOTOS YOLAINE DE LA BIGNE ET JÉRÔME BONALDI : A. SMILO /Pour Yolaine de la Bigne, « seul le liège aide à bonifier »

« Je défends le bouchon de liège, qui est un matériau formidable, à la fois naturel et non polluant qui nous vient du Portugal, d’Espagne, d’Algérie, voire de France. Il se recycle facilement puisqu’on en fait des sols, des semelles ou bien des produits d’isolation thermique. »

Voir notre « Reportage photo : du chêne-liège aux bouchons »

Pour Jérôme Bonaldi, « seule la capsule à vis le protège »

« Ce goût, tristement fameux, de vin bouchonné, dû au trichloroanisole, affecte de 3 à 5 % des bouteilles. Ce n’est pas rassurant quand vous achetez un vin parfois fort cher, ou que vous sortez une petite merveille vieillie dans votre cave. Le liège est une véritable épée de Damoclès. »

C’est tout comme argumentaire ? Bien sûr que non, écoutez vite la suite du débat entre nos deux complices :

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone