WWF : « Agriculture industrielle : le sacrifice de l’eau »

Le Salon de l’Agriculture débute aujourd’hui à Paris, à la Porte de Versailles. L’occasion de découvrir plusieurs enquêtes de WWF intitulées « Agriculture industrielle : le sacrifice de l’eau ». Ces films de 15 minutes dénoncent la logique productiviste dans laquelle l’agriculture française s’est cloîtrée, bien souvent au détriment des territoires ou des exploitants eux-mêmes.

Pour ne pas stigmatiser, les films de l’organisation mondiale de protection de l’environnement présentent également les solutions qui existent. Dans son communiqué, le WWF précise que « l’agriculture de demain ne pourra se faire qu’en prenant en compte la préservation de l’environnement et le retour aux valeurs paysannes. »

Le premier film, « Du poison dans l’eau », a été tourné en Eure et Loir. Il explique comme les pesticides, dont plus de 70 000 tonnes sont répandues sur nos terres chaque année, détruisent l’environnement. Parce qu’elles sont absorbées et retenues par les végétaux et qu’elles ruissellent dans les cours d’eau, ces molécules perturbent le cycle de l’eau. Le département de l’Eure et Loir est un cas emblématique de cette utilisation irraisonnée d’intrants chimiques.

Le second film, « Un maïs arrosé d’argent public », se déroule dans le Gers où, bien loin du foie gras et de l’armagnac, 25% de la surface agricole est dédiée à la culture du maïs, une céréale très consommatrice d’eau. Résultat : cette ressource finit par être menacée.

Le troisième film, intitulé « Le raz de marée des algues vertes », a été tourné en Bretagne. Il montre comment l’accéléraion de l’utilisation d’engrais a pollué les côtes. 66% des nitrates des eaux proviennent de l’épandage d’engrais azotés et de lisiers. Le département des Côtes d’Armor est particulièrement touché par la prolifération d’algues vertes.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone