Une forêt préhistorique sous-marine révèle ses secrets

mackinac-forest crédit photo Live Science Captain Luke ClyburnL’océan n’a pas fini de nous surprendre. Le plongeur Ben Raines a récemment dévoilé l’existence d’une forêt de Cyprès Chauves vieille de près… de 52 000 ans !

Enseveli par les sédiments océaniques et préservé de tout oxygène, le lieu a été parfaitement conservé. A tel point que le chercheur a assuré pouvoir sentir l’odeur de la sève fraîche.

 

Un endroit gardé secret depuis huit ans !

Tout commence en 2005 avec Katrina. Alors que l’ouragan inonde totalement la Louisiane et la Nouvelle-Orléans, elle fait remonter à la surface une forêt préhistorique à quarante kilomètres de la ville de Mobile (Alabama). A peine 18 mètres d’eau protègent alors le site.

Une découverte surréaliste ? Pas pour les riverains et les pêcheurs qui connaissent l’endroit depuis huit ans : afin de préserver le site, ils gardaient secrètement son emplacement.

Ce n’est que de manière fortuite que Ben Raines obtient la confidence de l’un de ses amis propriétaire d’un magasin de plongé. Selon lui, l’information lui viendrait d’un pêcheur local qui aurait parlé d’un « site exceptionnel », « regorgeant de poissons ». Refusant d’abord de transmettre les coordonnées exactes de cette découverte, le propriétaire finira par tout avouer en 2012.

Tel un explorateur, Ben découvre un véritable trésor sous-marin. La forêt verdoyante s’est transformée en un immense récif artificiel, attirant poissons, crustacés, anémones, etc. C’est tout un écosystème qui s’est développé à même les souches et les racines.


Une forêt éphémère

A primeval underwater ocean has been unearthed just a few miles off the coast of Alabama. Here, a sonar map reveals its extent. Credit University of Southern Mississippi Department of Marine ScienceDans Live Science le chercheur s’extase, « en nageant au milieu des souches et rondins vous avez l’impression d’être dans un monde féerique », comme nous l’indique le Huffington Post.

Immédiatement, une flotte de scientifiques investit le lieu. Une si vieille forêt pourrait en effet révéler des informations cruciales sur le climat du Golf du Mexique, tel qu’il était il y a des milliers d’années.

Problème : les recherches nécessitent des fonds et le temps est compté puisque dans moins de deux ans la forêt, désormais exposée et vulnérable, aura totalement disparue.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Après un an passé en Irlande où elle obtient son bac à lauréat, elle revient en France où elle suit une année de lettres modernes à la faculté de Bordeaux. Depuis 2011 elle suit une formation de journaliste à Paris.