Robert Eden, un vigneron bio contre le label AB

Robert Eden, vigneron bio qui a créé en 1997 le Château Maris, exprime son ras le bol contre le label AB. Selon lui, un label devrait être appliqué à ceux qui utilisent des pesticides et non l’inverse. Explications.

Robert Eden souligne les effets pervers du label bio en trois points. Selon lui :

1. Le label bio ne prend pas en compte l’ensemble de la démarche
En effet, il s’arrête au produit final lui-même et non à l’environnement plus général. Que dire ainsi des raisins biologiques, en barquette plastique, que l’on trouve dans les supermarchés français et qui arrivent par avion du Chili ?

2. Le label bio peut induire le consommateur en erreur
Ce dernier peut être perturbé : il peut avoir l’impression de payer plus cher, il peut avoir des doutes sur la qualité du produit. La qualité gustative est-elle la même ? Et par ailleurs, nombreux sont les vignerons qui produisent dans le respect de la vie et qui ne font pas les démarches d’homologation, longues et compliquées.

3. Le bio est l’arbre qui cache la forêt
Le label bio est une étape, qui amène producteurs et consommateurs vers une recherche de produits sains. Mais ce n’est qu’une étape. Le bio ne devrait pas être un label, mais une norme. La logique voudrait que les producteurs qui utilisent des adjuvants chimiques l’indiquent sur leurs vins. Ce n’est pas le label « bio » qu’il faut mettre en avant, mais le label « non naturel » afin d’informer le consommateur. Mes collègues et moi-même, qui travaillons dans le respect du vivant, ne devrions pas avoir à nous justifier. Le vin est avant tout un plaisir, il doit le rester, et nous ne devons pas amener le consommateur à avoir une approche trop technocratique de sa consommation. Indiquons-lui ce qui est mauvais pour sa santé, cela suffira. Pour le reste, son goût, ses envie, son plaisir sauront faire la différence.

Un label pour les « pollueurs » ?
Et si l’on inversait la tendance ? Et s’il y avait un label appliqué à ceux qui utilisent des pesticides ? Car on ne dit pas toujours ce qu’il y a derrière des produits non bio. Pourtant il faut dénoncer tout le mal que certains agriculteurs font à nos terres au lieu de mettre en avant le bien que la culture bio peut faire. Pour cela, il faudrait que le label bio soit la norme et que les « pollueurs » soient labellisés. Les consommateurs seraient ainsi informés des produits non respectueux de l’environnement.

Et vous qu’en pensez-vous ? Êtes-vous pour ou contre les labels biologiques ? Arrivez-vous à vous y retrouver dans les rayons et sur les étiquettes ?

Retrouvez les arguments de Robert Eden en vidéo

Une star du bio contre le Label Bio
envoyé par agence_rouge. – L’info internationale vidéo.

Plus d’infos sur Robert Eden et son vignoble : www.mariswine.com

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone