Rencontre avec la pieuvre Dumbo

Le Grimpoteuthis, mieux connu sous le nom de pieuvre Dumbo, est un octopode rare vivant dans les abysses. Les scientifiques de l’expédition Nautilus ont réussi à le filmer.

©NOAA Ocean Explorer
©NOAA Ocean Explorer

Si la quasi-totalité de nos océans nous est encore inconnue, l’imaginaire peut souvent se déchainer en ce qui concerne les fonds marins. Monstres gigantesques ou créatures inquiétantes, l’image dont on se fait des abysses n’est pas bien reluisante. C’est sans compter la « pieuvre Dumbo », spécimen étonnant et très rare vivant à environ 4 000 m de profondeur. Ses grandes oreilles (qui sont en fait des appendices céphaliques) ainsi que son corps en forme de patte d’éléphant lui ont valu ce surnom affectueux.

La vidéo de l’équipage du navire d’exploration, le Nautilus, a été prise en septembre dernier entre les Iles Vierges britanniques et Anguilla, dans les petites Antilles. On y voit a petite pieuvre se déplacer par propulsion telle une méduse (ses tentacules sont reliées par une membrane) mais aussi avec ses deux « oreilles » qui font office de nageoires. La « pieuvre Dumbo » se meut parfois seulement avec ces deux nageoires, repliant ses tentacules. Ce phénomène reste encore inexpliqué mais les scientifiques ont émis l’idée d’une économie d’énergie pour l’octopode.

La « pieuvre Dumbo » est du genre Grimpoteuthis, un octopode vivant dans les abysses très difficile à observer. Ils mesurent en général entre 20 et 30 cm mais leur taille peut atteindre 1,8m. Pour l’instant 18 espèces de Grimpoteuthis ont d’ores et déjà été découvertes selon les scientifiques du Nautilus. Digne d’un personnage de dessin animé, l’octopode montre bien que les profondeurs marines nous réservent encore beaucoup de surprises.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Victoria Putz

Née dans la petite bourgade tranquille de Saint-Cloud, Victoria a vite aspiré aux voyages. Étudiante en journalisme et disciple de la presse écrite, elle roule sa bosse entre web magazines spirituels, culturels et généralistes. Après avoir passé deux mois à l’hebdomadaire TelQuel dans la très animée Casablanca au Maroc, elle entre à Néoplanète pour assouvir sa soif de culture environnementale.