« Les tigres de Poutine » sont au poil !

Un an après le plus grand relâcher de tigres de Sibérie au monde, des caméras de surveillance montrent que les félins ont réussi haut la main le grand saut de la liberté ! 

 

Réintégrer des tigres dans la nature, c’est possible ! Quatre des cinq tigres orphelins relâchés l’année dernière en Sibérie ont l’air de s’être parfaitement réadapté en milieu sauvage. Une nouvelle vidéo diffusée par IFAW est venu le confirmer le 28 mai. On y voit l’une des tigresses, Ilona marquer son territoire dans la réserve naturelle de Khingan. « Ce succès contribuent à faire évoluer les mentalités et les politiques du ministère des Ressources naturelles de Russie », a déclaré en réaction à la vidéo Maria Vorontsova, Directrice Russie d’IFAW (Fonds international pour la protection des animaux).

Les cinq félins  sont surnommés « les tigres de Poutine » en raison de la participation du président russe à leur remise en liberté. L’un d’eux Ustin, a été transféré au zoo de Rostov-on-Dona pour raison de sécurité après avoir passé plusieurs mois autour d’un village à la frontière sino-russe. Le reste de la petite troupe, Kuzya, Ilona, Borya et Svetlaya se portent à merveille selon les caméras de surveillance et le suivi satellite.

Alors que la population des tigres de Sibérie en liberté est très faible à environs 400 individus, cette vidéo prouve que relâcher des bébés sauvages dans la nature peut s’avérer utile. Une manière pour la Russie de redorer son blason qui s’était tristement illustrée en 2013 en autorisant l’entrainement des chiens de chasse sur des ours attachés.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Victoria Putz

Née dans la petite bourgade tranquille de Saint-Cloud, Victoria a vite aspiré aux voyages. Étudiante en journalisme et disciple de la presse écrite, elle roule sa bosse entre web magazines spirituels, culturels et généralistes. Après avoir passé deux mois à l’hebdomadaire TelQuel dans la très animée Casablanca au Maroc, elle entre à Néoplanète pour assouvir sa soif de culture environnementale.