Les abeilles s’invitent dans les villes

Indispensables pour le bien être de notre écosystème, les abeilles reviennent en force dans la capitale. Thierry Duroselle nous en dit plus sur ces pollinisateurs dans une vidéo des Acteurs du Paris durable.

Fotocommunity

Surtout connu pour leur production de miel, les abeilles domestiques sont également des pollinisateurs très utiles. Alors qu’à la campagne, les ruchers sont touchés par le syndrome d’effondrement des colonies, les abeilles parisiennes se portent plutôt bien et les ruchers se multiplient dans la capitale. Des floraisons variées et qui se succèdent, l’absence de pesticides, des températures moyennes plus clémentes : Paris serait-il le nouvel Eldorado des apiculteurs ? Pas si simple ! S’occuper de ruches requiert en effet un véritable savoir-faire et beaucoup de temps. Et n’oublions pas qu’une ruche, c’est aussi l’arrivée de 20 à 50 000 abeilles domestiques dans un milieu déjà occupé par les pollinisateurs sauvages : gare à la surpopulation !

Thierry Duroselle, président de la Société Centrale d’Apiculture revient sur la place de l’abeille en ville dans cette vidéo tournée dans le rucher du Parc Georges Brassens, au cœur du 15e arrondissement. L’occasion de découvrir l’un des plus vieux rucher de la capitale. Créé en 1986, la quinzaine de ruches qu’il compte constitue un véritable « rucher école » : plus de 4000 élèves y sont accueillis et une centaine d’apiculteurs y est formée chaque année.

Un rendez-vous « sur le terrain » pour en savoir plus :

Samedi 26 et dimanche 27 septembre – Lors de la Fête des jardins, le rucher du Parc Georges Brassens, entretenu par des apiculteurs bénévoles de la Société Centrale d’Apiculture, ouvre exceptionnellement ces portes au public

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Victoria Putz

Née dans la petite bourgade tranquille de Saint-Cloud, Victoria a vite aspiré aux voyages. Étudiante en journalisme et disciple de la presse écrite, elle roule sa bosse entre web magazines spirituels, culturels et généralistes. Après avoir passé deux mois à l’hebdomadaire TelQuel dans la très animée Casablanca au Maroc, elle entre à Néoplanète pour assouvir sa soif de culture environnementale.