La Réunion : ça craint pour les requins

Dix jours après la mort d’un jeune surfeur tué par un requin, le gouvernement vient d’autoriser la pêche de requins tigres et bouledogues à l’intérieur de la réserve marine de l’île de La Réunion pour éviter de nouvelle attaques de squales. Alors que La Fédération Française de Surf souhaite le retour d’une pêche côtière traditionnelle, Sea Sheperd monte au créneau. 

Panneau_requins_réunion  

6 millions d’euros sur la période 2015-2020 ; c’est le budget consacré consacré aux actions financées par l’Etat qui augmente de 50% les sorties en mer dans le cadre de « CapRequins ». C’est une programme ciblé de pêche de requins-tigres et bouledogues qui « ne correspond cependant en aucun cas à une éradication qui est irréaliste et contraire aux engagements de la France en faveur de la biodiversité« , selon le ministère des Outremer.

Pour Lamya Essemlali, Présidente de Sea Shepherd France, il s’agit bien d’une éradication et dénonce une hypocrisie :

« Il ne s’agit pas ici d’un massacre de requins comme on veut le faire croire. Nous sommes des surfeurs avant tout et nous respectons l’océan. Jamais, la FFSurf ne demandera le massacre d’animaux marins (…) Ces deux espèces ne sont pas protégées et sont pêchées partout ailleurs dans le monde (…) Partout ailleurs dans le monde, cette pêche traditionnelle sert à nourrir des humains. Cette régulation ancestrale sert aussi à éviter des drames comme La Réunion en connaît depuis 2011 : 16 attaques dont 7 mortelles (5 surfeurs et 2 baigneurs), et deux mutilés (1 baigneur et 1 surfeur) », dénonce la Fédération Française de Surf.

« Une petite poignée de surfeurs de la Réunion ainsi que la Fédération Française de surf sont en train de salir la réputation des surfeurs du monde entier en lançant  un pogrom absurde contre les requins.
Appeler à l’élimination des requins, c’est comme appeler à l’élimination des arbres. Qu’il s’agisse de perdre des requins ou de perdre des arbres, les deux ont des conséquences extrêmement sérieuses », dénonce Sea Shepherd France dans un communiqué de presse.

Pour Paul Watson, un surfeur qui a peur des requins est un lâche. Ecoutez notre interview de l’éco-warrior.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.