La Grande barrière de corail vue d’une tortue

C’est l’été mais vous n’êtes pas en vacances ? Pas de soucis, on vous fait explorer la Grande barrière de corail à dos de tortue sans même vous lever.

 

Un peu de fraîcheur sous cette chaleur écrasante, avec cette vidéo, diffusée le 29 juin par WWF Australie, qui montre les fonds marins à travers les yeux de ceux qui l’habitent. Ces images exceptionnelles ont été tournées à l’aide d’une caméra GoPro, fixée sur le dos d’une tortue marine. Le but de l’opération est de sensibiliser le public aux dangers qui pèsent sur le récif corallien: poissons de plus en plus rares (malgré les 1 500 espèces présentes), coraux mourants à cause de la hausse de la température de l’eau…

Au début du mois, L’UNESCO n’a finalement pas inscrit la Grande barrière de corail sur la liste des « patrimoines en péril ». Une victoire pour le WWF, qui a obtenu du gouvernement australien, la remise d’un rapport sur les actions effectuées et les progrès enregistrés, d’ici décembre 2016. « Le Comité du patrimoine mondial doit continuer à jouer ce rôle déterminant qui permet de demander des comptes au gouvernement fédéral et à celui du Queensland et de vérifier que les promesses se traduisent bel et bien dans les faits », a déclaré Dermot O’Gorman, directeur de WWF Australie à ce sujet. Si la pêche est déjà interdite sur un tiers de la superficie (344.000 km²) du récif, les ONG environnementales jugent que d’autres efforts doivent être fournis.

Rappelons que l’Australie a proscrit, en janvier 2014, le déversement de déchets du dragage.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Victoria Putz

Née dans la petite bourgade tranquille de Saint-Cloud, Victoria a vite aspiré aux voyages. Étudiante en journalisme et disciple de la presse écrite, elle roule sa bosse entre web magazines spirituels, culturels et généralistes. Après avoir passé deux mois à l’hebdomadaire TelQuel dans la très animée Casablanca au Maroc, elle entre à Néoplanète pour assouvir sa soif de culture environnementale.