Jéromine Pasteur, d’un monde à l’autre

C’est l’été, Néoplanète vous propose un petit best-of de ses chroniques VIP. Cette semaine, partez à la découverte du monde avec la navigatrice Jéromine Pasteur.

Elle est belle, douce, engagée. Et passionnée. Par les indiens d’Amazonie avec qui elle a longuement vécu mais aussi pour la mer en tant que navigatrice qui a parcouru le monde. Et derrière ses combats et ses coups de cœur, toujours la terre qu’il faut défendre. Dialogue avec une personnalité rare.

Jéromine Pasteur, sa vie, ses combats

VIP Jeromine Pasteur p1 ok

… et ses convictions

VIP Jeromine Pasteur p2 ok


"Comptoir des Océans" de Jéromine Pasteur et Gilles Rigaud
"Comptoir des Océans" de Jéromine Pasteur et Gilles Rigaud



Photo Jéromine Pasteur et le maki C Grégory Cauty
Jéromine Pasteur et le maki. Crédit : Grégory Cauty



Jéromine Pasteur sur fond de lac C Gregory Cauty
Jéromine Pasteur sur fond de lac Crédit : Gregory Cauty


Jéromine Pasteur participe au collectif de l’Appel pour une France durable (Retrouvez ci-dessous l’Appel en détail ainsi que les signataires)

L’Appel pour une France durable

Pas un jour sans que les thèmes de la responsabilité sociale, environnementale et sociétale ne soient évoqués dans les déclarations des responsables et experts économiques et politiques, dans les médias, dans les conversations citoyennes.

L’ensemble des acteurs économiques se réclame aujourd’hui du « développement durable » – une expression qui trop souvent se limite à de bonnes intentions ou à des effets d’annonce, et peine à se traduire en actes. Au risque de se transformer en alibi pour continuer comme avant et poursuivre les atteintes portées à l’homme et à son environnement.

A force d’utiliser sans discernement cette expression commode mais ambiguë, on finit par la vider de son sens, par en réduire les exigences et les ambitions.

Le caractère durable d’une activité ne peut se résumer à l’accroissement de la richesse économique, et il est incompatible avec l’utilisation sans limite des ressources naturelles ; la responsabilité environnementale et sociétale de l’entreprise ne peut se réduire au respect minimal de la législation en vigueur.

En cette période de Grenelle de l’environnement et malgré les avancées, force est de constater la distance entre l’intérêt que suscitent les enjeux environnementaux, sociaux et sociétaux dans l’ensemble de la nation, et la frilosité de bon nombre de décideurs économiques et politiques.

Prenons garde au décalage entre les discours et les actes. Les enjeux ne se régleront pas à la marge dans un monde globalement inchangé ; ils nécessitent un changement concret, réel et immédiat.

Ne nous limitons pas à parler des générations futures tout en continuant à accroître leur dette. Ne cédons pas à la tentation de retarder la mutation. C’est maintenant qu’il faut agir, avec volonté, honnêteté, transparence et réalisme.

Changeons de paradigme. Préparer l’avenir impose de réfléchir, changer, innover, agir dès aujourd’hui pour donner un sens à l’évolution, inventer une relation viable et harmonieuse avec notre environnement, et construire une économie plus solidaire et plus humaine.

Des solutions existent, ici en France ! Agriculture durable et biologique, bâtiments autonomes en énergie, énergies renouvelables et non polluantes, modes de transport plus économes, économie sociale, commerce éthique et équitable, finance solidaire… Des individus et des entrepreneurs, encore minoritaires, mettent en œuvre des alternatives efficaces et économiquement viables.

C’est ainsi qu’il faut oeuvrer pour l’essor d’une France durable dès aujourd’hui, pour demain et après-demain.

Nous appelons les responsables politiques et économiques à s’engager dans des actions déterminées :

* Mener à leur terme toutes les réflexions et tous les enseignements de l’actuelle « crise », qui n’est pas seulement financière, pas seulement économique, mais aussi environnementale, sociale, éthique.
* Considérer et valoriser des dispositifs alternatifs proposant des solutions pour
o minimiser l’impact des activités économiques sur les écosystèmes
o vivre et produire mieux avec moins de ressources
o maintenir et créer de l’emploi et de la richesse localement
* Défendre des actions authentiques, honnêtes et transparentes, refuser les faux-semblants, les demi-mesures, le « green washing »
* Donner du sens aux outils financiers en les mettant au service de l’économie réelle et de l’intérêt général
* Innover et ouvrir les portes à l’imagination créatrice

Vous tous, aînés et contemporains : politiques, intellectuels, entrepreneurs, fonctionnaires – acteurs du plus petit quotidien comme des plus hautes décisions, nous vous demandons de vous engager, en toute conscience, à mettre résolument en œuvre tout ce qui est en votre pouvoir, conciliant nécessités immédiates et intérêts à long terme, pour préserver nos chances et nos droits à espérer et à construire, à vos côtés et à votre suite, un avenir durable.

Pour le collectif de l’Appel pour une France durable,

Gilles VANDERPOOTEN, Président de l’Association Vive la Terre – Vive l’Avenir (Etudiant, 23 ans)

Avec les premiers signataires :

Isabelle Autissier, Navigatrice, Ecrivain

Allain BOUGRAIN-DUBOURG, Producteur-Journaliste

Robert BARBAULT, Ecologue

Dominique Belpomme, Cancérologue, Président de l’ARTAC

Dominique BOURG, Philosophe

Gilles ClÉment, Paysagiste, Jardinier, Ecrivain

Philippe Desbrosses, Agriculteur, Ecrivain

Jean-Pierre DOUSSIN, Vice-Président de Max Havelaar

Jean Jouzel, Climatologue, Vice-Président du GIEC

Tristan Lecomte, Fondateur d’Altereco

Amélie Nothomb, Ecrivain

Jéromine PASTEUR, Exploratrice, Ecrivain

Nicolas VANIER, Aventurier, écrivain, réalisateur

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.