Insolite : les graffitis écolo

Bombes de peinture chimique, pollution, coût du nettoyage… le tag est une plaie pour l’environnement. Heureusement, un nouveau mouvement se dessine : « le graffiti réversible ». C’est Alexandre Orion, graffeur brésilien, qui a inventé le concept.

 

Alexandre Orion a eu une idée originale : nettoyer les tunnels de Sao Paulo avec une solution à base d’eau. Son crédo ? Dessiner des crânes dans un souterrain. Celui-ci était tellement sale que le graffeur n’a eu besoin que d’un chiffon pour réaliser son œuvre. De son art éphémère, nettoyé par la mairie, il ne reste rien… que cette vidéo.

A noter : d’autres font leurs graffs au karsher, un outil très gourmand en eau…


Graffiti inversé avec la pollution par Spi0n

L’autre succès, c’est le graffiti végétal, en mousse. La recette ? Appliquez une peinture faite d’un mélange de bière, de sucre et de mousse végétale sur un mur humide et ombragé. La mousse se répand, colonisant peu à peu la structure ! Regardez ici une opération de Guerilla Gardening.

Dernière option, encore mieux qu’une trace qui marquera pour longtemps notre environnement urbain, le « light graffiti ». C’est une technique photographique réalisée en déplaçant une source de lumière devant une caméra. La prise de vue doit être longue (plus d’une seconde).

 

Autre news insolite : une publicité réservée aux femmes !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone