Partenariat :

Faut-il bannir l’huile de palme même durable ?

C’est le moment ou jamais de savoir s’il faut définitivement exclure ou pas votre tartine de Nutella du petit-déjeuner ! « Faut-il bannir l’huile de palme ? » : c’était la grande question de la 1ère table ronde de l’OpenLab Nutella « huile de palme durable, mythe ou réalité ? » qui s’est tenu vendredi dernier. Elle fait partie d’une série de rendez-vous destinés à débattre autour des nombreuses questions soulevées autour de ce produit qui en hérisse plus d’un : environnement, santé, traçabilité, économieQu’en est-il vraiment ? Peut-on en consommer sans culpabiliser, tuer la biodiversité ?

Le groupe italien Ferrero invite chacun d’entre nous à prendre part aux échanges sur ce thème houleux dans un souci de « transparence » jusqu’au 19 octobre.

Sans titreNéoplanète en partenariat avec Ferrero

 

La marque la plus vendue au monde peut-elle avoir un avenir sans déforester ?

 

Pour Bastien Sachet, directeur exécutif de The Forest Trust (TFT), présent pour cette première table-ronde à laquelle se trouvait également Laurent Cremona, Président International Nutella et deux étudiantes en master développement durable, « l’huile de palme est un produit à haut rendement et sa substitution par une autre huile végétale n’a pas d’effet bénéfique sur la déforestation » car « il faut par exemple 6 fois plus de surfaces cultivées de tournesol pour produire les mêmes volumes« .

De son côté, Michelle Desilets, directrice de l’organisation internationale « Orangutan Land Trust », il est possible de les sauver mais que le « boycott de l’huile de palme n’est pas une solution. Compte tenu de la démographie, la consommation d’huile de palme va augmenter. Il faut en revanche s’orienter vers un utilisation raisonnable et durable des terres où poussent les palmiers, dans le respect de la biodiversité et des espèces. Ce qui permettrait de sauver cette espèce qui est en danger critique, le dernier stade avant l’extinction« .

Regardez le résumé en vidéo et partagez votre avis !

Pour consulter l’intégralité de la restitution, c’est ici

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone