Sortie DVD :

Eau : notre bien le plus précieux s’évapore

Watermark, l’empreinte de l’eau est un film documentaire réalisé par deux amoureux de la nature : la réalisatrice et productrice de documentaires Jennifer Baichwal et le photographe Edward Burtynsky. A travers 10 pays et 20 histoires, ils cherchent à nous faire comprendre quels sont les impacts de l’homme sur la ressource la plus précieuse qu’il possède : l’eau.

1
Fleuve du Colorado, photo by Edward Burtynsky.

L’eau est partout. Nous l’utilisons constamment : pour boire, faire la cuisine, se laver et encore plus pour produire de la nourriture, du papier, des vêtementsL’empreinte de l’eau est définie comme le volume total d’eau douce nécessaire pour la production de marchandises et services consommés par l’individu. En France, cette empreinte est de 1875 mètres cubes par an et par habitant, dont 40% des impacts se retrouvent en dehors du pays.

Avec leur caméra, les réalisateurs ont choisi d’attaquer ce problème en essayant de provoquer un éveil des consciences à travers différents exemples significatifs. Les paysages désertiques asséchés par l’homme pour la production de nourriture sont à glacer le sang, tandis que les eaux polluées et rejetées dans la nature sont à vomir.

Dès les premières images, Watermark, l’empreinte de l’eau nous plonge au cœur du problème. L’eau semble omniprésente et en abondance autour de nous, mais ce n’est qu’un semblant de réalité. Les images qui suivent le confirment. Le spectateur se  retrouve en plein milieu d’un paysage désertique. Une femme nostalgique explique alors qu’avant, c’était le fleuve du Colorado qui passait sous ses pieds. Et c’est ce genre d’histoires que l’on retrouve tout le long du documentaire. Des barrages en Chine aux pompages de lacs entiers pour l’agriculture, en passant par les tanneries du Bengladesh qui rejettent des milliers de litres d’eaux polluées dans les rivières… les exemples sont nombreux et pas forcément connus du grand public. Certaines images nous médusent. Elles reflètent parfois un monde chaotique mais pourtant si réel… En contraste, les magnifiques paysages de glaciers ou de forêts à perte de vue nous émerveillent et nous laissent sans voix.

Plébiscité dans de nombreux festivals, le documentaire est à présent disponible en DVD. En attendant, voici quelques images du film.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Passionnée par le cinéma documentaire et l'environnement, Alexandra a choisi le journalisme par vocation. En grande optimiste et végétarienne convaincue, elle espère un avenir meilleur pour le monde. Chaque petite voix compte... la sienne aidera peut-être à améliorer les choses en donnant les informations nécessaires à la réflexion !