Dites stop au gâchis alimentaire avec Antoine de Caunes

Chaque grande surface gâche quotidiennement plus de 20 kg de nourriture. Arash Derambarsh, élu à Courbevoie, a lancé avec le réalisateur Mathieu Kassovitz une pétition sur Change.org afin que soit adoptée une loi imposant aux supermarchés de donner tous les soirs leurs invendus à l’association de leur choix. Antoine de Caunes, Emma de Caunes, Claire Keim, Sébastien Folin, Kyan Khojandi…. 11 personnalités soutiennent cette initiative qui n’attend plus que votre signature ! 

Capture d’écran 2015-04-02 à 17.47.30

Arash Derambarsh s’apprête à défendre cette loi à l’Elysée le 7 avril prochain. Pauline Pouzankov l’a rencontré pour la fondation GoodPlanet :

Pourriez-vous présenter votre loi ainsi que ses propositions phares ? Qu’est-ce qui vous a poussé à vous mobiliser contre le gaspillage alimentaire ?

L’idée de cette loi part d’un constat très simple. Lorsque j’étudiais le droit, j’ai connu une période très difficile où je devais rationner mes dépenses avec un budget global de 600/700€ par mois, qui m’obligeait parfois à sauter un repas pour pouvoir rentrer dans mon pouvoir d’achat. Aujourd’hui, la crise économique a étendu cette situation aux retraités ainsi qu’à la classe moyenne. En effet, dès le 10 de chaque mois, des millions de Français se retrouvent « sous l’eau » après avoir payé leur loyer et leurs charges, pendant que les supermarchés jettent chaque jour 20 kg de nourriture sans en faire profiter les plus démunis. Une absurdité alors que la précarité augmente en France. Fort de ma malheureuse expérience, j’ai décidé de passer à l’action lorsque j’ai été élu conseiller municipal en mars 2014 à Courbevoie : pour mettre un terme au gaspillage alimentaire avec une proposition simple et efficace. Une loi qui impose aux supermarchés de donner tous leur invendus, soir après soir, à l’association de leur choix.

Vous avez testé votre proposition directement sur le terrain, en allant vous-même récolter les invendus dans votre commune à Courbevoie : qu’en est-il ressorti ?

Au début de mon projet, je n’avais aucun financement pour trouver un local de stockage qui corresponde à la réglementation de sécurité alimentaire. J’ai donc détourné la loi d’une façon astucieuse en redistribuant immédiatement les invendus de Carrefour Market, qui m’a autorisé à faire la collecte trois fois par semaine en décembre et en janvier. (À noter que Monoprix et Franprix ont refusé tout partenariat, ndlr.) Inédite en France, cette initiative a permis d’atteindre mes objectifs en contournant la chaîne du froid et l’obligation de la DLC (date limite de consommation), qui font toutes deux l’objet de réglementations drastiques. Sauf qu’aucune loi n’existe à ce jour pour encadrer ces pratiques : c’est la raison pour laquelle nous avons lancé une pétition en ligne avec Mathieu Kassovitz, pour obliger tous les supermarchés à donner leurs invendus à l’association de leur choix.

L’interview est à lire entièrement ici

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.