Yolaine sur LCI :

Quels sont les dangers du nucléaire en France ?

Alors que le parc nucléaire français se fait de plus en plus vieux, le groupe EDF souhaite augmenter la durée de ses centrales de 40 à 60 ans. Cette énergie, responsable à 76,3% de la production électrique française en 2015, est-elle à craindre ? Petit tour d’horizon pour y voir plus clair avec Yolaine de la Bigne sur LCI.

Dès la semaine prochaine, retrouvez Yolaine en direct sur LCI les mardis à 19h30.

Les centrales nucléaires sont impactées par les grèves mais de toute façon ce secteur pose déjà de nombreux problèmes dans notre pays qui détient le record du plus grand nombre de centrales :
– 58 réacteurs pour 19 centrales nucléaires et 1 100 sites refermant des déchets nucléaires.
– Matériel vétuste : 80% des réacteurs ont été construits entre 1977 et 1987, ils auront dépassé les 30 ans d’âge limite de fonctionnement en 2017.
– Industrie dangereuse :
.les transports de combustibles et de déchets ;
.les rejets de substances dans les eaux et les airs ;
.les accidents susceptibles d’arriver ;
.les déchets enfouis car on ne sait pas quoi en faire.

D’autant que le 4 mai, le Réseau « Sortir du Nucléaire » (association agréée par le Ministère de l’Ecologie depuis 2005) a fait des révélations inquiétantes.

Il a mis à jour des documents internes d’EDF qui montrent que l’industriel à des doutes sur la résistance de l’acier de 118 pièces en acier des robinets des circuits primaires (qui assure le refroidissement du combustible nucléaire) de 31 réacteurs nucléaires de 900 MW qui pourraient rompre brutalement.
Sortir du Nucléaire dénonce une grave mise en danger des populations et a demandé l’arrêt le plus rapide possible de ces 31 réacteurs.

+ autre scandale au même moment : L’Observatoire du nucléaire (organisme indépendant de surveillance de l’énergie nucléaire) a déposé une plainte au Tribunal de Grande Instance de Chalon-sur-Saône contre Areva pour « faux, usage de faux et mise en danger de la vie d’autrui » à cause des anomalies détectées par Areva dans la fabrication de l’acier de son usine du Creusot, où a été fabriquée la cuve du réacteur EPR de Flamanville.
D’après l’Observatoire,  » il apparaît que des dizaines de pièces comportant des malfaçons sont actuellement en service dans le parc nucléaire français mais aussi à l’étranger, faisant très probablement courir un risque immédiat ».

Or, il y a déjà eu des accidents nucléaires en France. En 2008 par exemple, la centrale de Tricastin a rejetté 75 kg d’uranium dans l’environnement (rivière et nappe phréatique). Mais les autorités nous expliquent à chaque fois que ce n’est pas « grave »…

D’autant qu’il reste un autre danger : les déchets radioactifs qui resteront dangereux pendant des milliers d’années ce qui représente une menace de plus en plus pesante pour l’environnement et les générations futures. On en est où pour le stockage ?

Extrait du documentaire sur l’enfouissement : Into Eternity → chantier d’un sanctuaire conçu pour durer 100 000 ans.

– Les déchets radioactifs à « vie courte » (300 ans), sont stockés au centre de La Hague (Manche) et à Soulaines (Aube).
– Pour les déchets à vie longue (plusieurs milliers d’années), personne ne sait vraiment quoi faire :
.les retraiter mais ça reproduit des déchets : uranium, plutonium et 4% de déchets ultimes qui sont stockés dans les centrales nucléaires, faute de ne pouvoir rien en faire d’autre. Et leur radioactivité sera dangereuse pendant des milliers d’années ;
.les enfouir, le projet CIGEO à l’étude pour une mise en service dès 2025 à Bure, village dans la Meuse, avec ce dimanche 5 juin, une manifestation contre le projet.

Comment réagit le gouvernement ? En 2012, François Hollande a promis de baisser la part du nucléaire de 75 à 50% d’ici à 2025, pour rentrer dans le cadre de la loi sur la transition énergétique.

– La centrale de Fessenheim est censée fermer pour fin 2016 (ou plus exactement, un décret abrogera l’autorisation d’exploiter la centrale d’ici la fin d’année), les indemnités données par l’Etat à EDF sont encore en négociations.
– L’EPR de Flamanville hyper moderne doit démarrer en 2019.
– Pas d’autres fermetures de centrales prévue pour l’instant par François Hollande qui a déclaré en avril que EDF verra ça après 2018, soit après son mandat présidentiel.

– Mais selon Greenpeace, 5 sites doivent être fermés en priorité : Fessenheim, Gravelines, Bugey, Blayais et Tricastin. Car risques d’accident majeur de type Fukushima et Tchernobyl (âge des installations, problèmes extérieurs genre inondation, fragilité aérienne, avec les avions en particulier au dessus de Fessenheim, drones, proximité avec des métropoles etc).

– 17 mai, un tweet de l’ambassadeur du Luxembourg révélait que Ségolène Royal envisage de fermer la centrale nucléaire de Cattenom (Moselle). Or, François Hollande s’y oppose fermement, expliquant que « ce n’est pas une décision qui s’improvise ». La semaine d’après, la ministre explique que ce n’était qu’une rumeur… Quant à EDF, ils ont indiqué qu’ils souhaitaient exploiter le site jusque 2042… (cette centrale a déjà 30 ans de fonctionnement).

Il y a le rapport annuel de l’ASN (autorité de sûreté du nucléaire) qui a été publié jeudi 26 mai, plutôt positif mais montrant des inquiétudes pour l’avenir.

– Le gendarme du nucléaire a recensé 1200 incidents en 2015 en prenant tout en compte (réacteurs, déchets, traitements médicaux…) sans gravité, mais sans mentionner le problème de l’usine Areva au Creusot en disant que l’enquête était toujours en cours (critiques).
– Mais l’ASN est inquiète pour l’avenir à cause du manque de financement du secteur nucléaire, ce qui peut laisser craindre des problèmes de sécurité.
– EDF vient d’amorcer son programme de grand carénage (travaux pour prolonger les centrales actuelles de 40 à 60 ans. Un chantier estimé à plus de 50 milliards d’euros). Or, EDF et Areva connaissent de grosses difficultés financières.
– Conclusion de beaucoup : il faut gérer les centrales actuelles plutôt que l’EPR qui est toujours en construction…
L’EPR est censé être le nucléaire le plus sûr mais il y a déjà des soucis. Au printemps 2015, on y découvre une trop forte concentration de carbone sur le fond et le couvercle de l’équipement, il faut refaire des tests de résistance qui sont toujours en cours. S’ils ne sont pas positifs ? Catastrophe industrielle et explosion de la facture qui a déjà triplé dépassant les 10 milliards d’euros aujourd’hui. La fin du chantier est prévue fin 2018.

Aujourd’hui il reste 16 centrales nucléaires en grève, cela pose un problème de sécurité ?

– Non, ça peut provoquer des coupures mais aucun risque pour les citoyens.

Conclusion : le nucléaire est remis en question partout.
– Genève a porté plainte contre la centrale nucléaire française du Bugey début mars 2016,  » pour mise en danger d’autrui et pollution des eaux « .
– L’Allemagne a décidé de fermer ses 17 centrales pour 2022.
– Le Luxembourg, situé à une dizaine de kilomètres de Cattenom, demande sa fermeture et se dit même prêt à s’engager financièrement pour soutenir la reconversion du site.

Vive les énergies renouvelables !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Passionnée par le cinéma documentaire et l'environnement, Alexandra a choisi le journalisme par vocation. En grande optimiste et végétarienne convaincue, elle espère un avenir meilleur pour le monde. Chaque petite voix compte... la sienne aidera peut-être à améliorer les choses en donnant les informations nécessaires à la réflexion !