D’anciens braconniers protègent les oiseaux au Cambodge

Cette semaine, les reporters de « Cause à effets » mettent le cap sur la très reconnue Wildlife Conservation Society et sur son travail sur le plus grand lac du Cambodge. Particulièrement intéressant : les rangers, qui aujourd’hui protègent les oiseaux, ont été recrutés parmi les braconniers ! Ils connaissent ainsi tous les « trucs » pour repérer les contrevenants…

L’antenne cambodgienne de la Wildlife Conservation Society (WCS) est  loin d’avoir à rougir de son bilan. Parmi les nombreux projets en cours dans le pays, le programme de conservation du lac Tonlé Sap est l’un des plus emblématiques. Le Tonlé Sap revêt, en effet, une importance capitale. C’est le lieu de migration et de reproduction d’un nombre considérable d’oiseaux. C’est aussi, via la pêche, l’une des sources principales de protéines consommées au Cambodge. Cependant, la zone subissait des pressions considérables : sur-pêche, pollution, croissance démographique… Le commerce des oeufs d’oiseaux – menacés- représentant un danger de plus !

En apportant son expertise, WCS a pu inverser la tendance. Un des exemples les plus intéressants est celui des rangers qui surveillent la zone, désormais protégée. Ce sont en fait, dans la plupart des cas, d’anciens ramasseurs d’oeufs d’oiseaux. Recrutés, formés par WCS, ils sont particulièrement efficaces, car ils connaissent tous les trucs des braconniers ! Ce nouvel emploi leur donne une alternative financière, car il ne faut pas oublier que la plupart du temps, ils ne chassaient que pour une question de survie, n’ayant pas beaucoup de choix de subsistances…

10 ans après l’arrivée de WCS, les résultats parlent d’eux même. L’Anhinga à ventre noir, les Tantales indiens, blancs, Bec-ouverts et autres Pélicans et Cormorans sont de plus en plus nombreux chaque année !

Plus d’infos sur www.causeaeffets.com

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone