Bonobos d’Alain Tixier: sur les traces de Claudine André

Alain Tixier a filmé Claudine André, la pasionaria des Bonobos du Congo, et c’est une bonne idée. Il a voulu fictionniser la vie d’un jeune sujet hors du commun, Béni, et c’est moins bien. Sortie le 30 mars.

« Bonobos » est, nous dit-on, un film pour les enfants. Comme c’est un film pour les enfants, il va mettre en scène un autre enfant (un peu comme les manuels d’initiation aux langues étrangères qui eux aussi s’appuient sur des enfants pour créer une proximité sympathique). Cet enfant est un bébé bonobo prénommé Béni qui a vécu ce qu’ont vécu Bambi et l’Ours d’Annaud, mais en pire. Non seulement les chasseurs ont assassiné sa môman, mais encore il va connaître l’enfer, encagé sur le comptoir d’un bistro, traité pire qu’un chien, soûlé à la mauvaise bibine par les ivrognes, mal nourri, assourdi de bruit.

Heureusement, Claudine André, cinq enfants biologiques et 200 bonobos, le retrouve, le fait soigner, le confie à Espérance, qui, comme trois autres dames congolaises, travaille en tant que « maman » dans un refuge appelé paradis des bonobos : Lola ya Bonobo. Et là, c’est le livre de la jungle version youpi tralala, Béni reprend des forces, se fait un copain de son âge au poil très punk, et développe une intelligence qui n’échappe pas à maman Claudine. Laquelle, recueillant plus de ces singes sympathiques que peut en contenir son sanctuaire de 30 hectares, doit trouver un moyen de les relâcher et de leur retrouver un habitat naturel, tout en transmettant l’amour des bonobos (qui par chance ne sont pas comestibles, ou en tout cas leur chair n’est pas présumée goûteuse) aux populations locales, afin d’assurer la pérennité de l’espèce.

Que vont penser les enfants de ce film ? Je n’en sais rien, je crois qu’en ce qui me concerne, enfant, cela m’aurait fait le même effet qu’aujourd’hui. C’est un très beau spot de pub pour l’estimable Claudine André (qui s’exprime en off par la belle voix de Sandrine Bonnaire, gagnée à la cause) réalisé par Alain Tixier (beaucoup de « Ushuaïa » à son actif) et produit, comme on nous le rappelle, par des engagés dans la cause (« Le dernier trappeur », « Loup »). Les « mamans » humaines sont absolument craquantes d’amour et de dévouement pour leurs petits bonobos bien turbulents et très marrants (et un bonobo qui joue avec vos cheveux, c’est du bébé puissance mille !).

Des Bonobos en général, on ne saura que peu de choses à vrai dire, il est rapidement effleuré qu’ils sont une espèce débonnaire et espiègle, chez qui les conflits se règlent par « des câlins » (je cite). Bon, en vérité, de la même manière que le père Noël n’existe pas, les Bonobos sont des gros baiseurs, le câlin doit être pris dans son affirmation la plus euphémistique, j’oublie parfois que je n’ai pas sept ans (du moins sur ma carte d’identité et dans quelques mèches de cheveux). Du coup, 1 h 30 de remise en scène d’événements réels ou fictifs, car le film qui ne choisit pas son camp conjugue les défauts du documentaire et les artifices de la fiction. L’histoire étant censée se dérouler sur plusieurs années, Béni est interprété par cinq singes d’âge différent.

Sans doute ont-ils pensé que ce serait une bonne idée d’inscrire le travail dédié et vaillant de Mme André dans une fiction dont Béni serait le super-héros, mais leurs grosses ficelles deviennent poutres apparentes. Si les enfants sont presbytes ou bien s’émeuvent si fort de la maman de Béni qu’ils en gardent les larmes aux yeux jusqu’à la fin, tant mieux pour eux. Si cela contribue à perpétuer la sympathique espèce de ces cousins poilus que les Africains appellent « petits grands-pères », triple tant mieux. Personnellement, je vais relire « Les grands singes », le roman de Will Self.

Découvrez la bande-annonce de Bonobos

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

"Polyglotte et multimédia, curieuse de tout, avare de rien, en chapeau sur son vélo ou en lunettes en salles obscures, Monique Neubourg aime le cinéma, les livres, les parfums, les jardins, les séries américaines, les relations humaines, l'air du temps et le bruit de l'eau. Elle fait même ses shampoings bio elle-même !