Victoire pour les Awá !

Belém - PA. Indios participantes do FSM no Acampamento da JuventudeLe gouvernement brésilien a annoncé il y a moins d’un mois l’expulsion de la totalité des envahisseurs illégaux du territoire awá. Une victoire pour cette tribu des forêts.

Il y a encore quelques mois, selon Survival (1), c’était « la tribu la plus menacée au monde ». L’ONG a pris sa défense, il y a deux ans, quand bûcherons et éleveurs illégaux se faisaient dix fois plus nombreux que les Awá eux-mêmes sur leurs terres.

Cette tribu de chasseurs-cueilleurs est l’une des plus isolées du monde. Et l’une des plus vulnérables. Le paludisme et la grippe, apportés par le train minier qui traverse leur territoire, avaient fait des ravages dans une de leurs communautés. En lien intime avec la forêt, leur existence était compromise par les méthodes d’exploitation sauvage : bulldozers, incendies et armes à feu… Leurs défenseurs ont employé alors les termes de « génocide » et d’« extinction » pour décrire cette terrible situation.

La campagne menée par Survival afin de sensibiliser l’opinion internationale et faire pression sur les autorités brésiliennes a donc fait effet. En 2012, l’acteur britannique Colin Firth lançait la bataille dans une vidéo : « Un homme a le pouvoir d’empêcher les bûcherons d’envahir leur forêt : le ministre brésilien de la Justice. Mais ce n’est pas sa priorité. Faisons-en sorte qu’elle le devienne. » Dans un documentaire sur la tribu, Indiens d’Amazonie : le dernier combat, le réalisateur Laurent Richard mettait le ministre intéressé face à ses responsabilités en lui faisant visionner la vidéo.

Début 2014, après avoir reçu 55 000 messages de sympathisants, le gouvernement annonçait qu’au moins 200 soldats et policiers allaient être envoyés pour expulser de force les envahisseurs. Courant avril, près de la moitié des bûcherons étaient encore sur les lieux.

Aujourd’hui, il n’en resterait plus aucun. Même si le territoire des Awá porte les stigmates du passage des envahisseurs (34 % de leur forêt détruite), et même si la population, quelques centaines de personnes, a aussi été impactée, leur avenir n’est désormais plus en danger.

(1) Source : http://www.survivalfrance.or

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Jean-Michel Véry

Guitariste, compositeur, après dix ans de bons et loyaux services auprès de musiciens comme Andy Chase, Laszlo de Trèbes ou Vivien Savage, il débranche pour le journalisme et collabore avec L’Optimum, Le Figaro, Politis… Un père anglais et une mère égyptienne, aux ascendances touaregs, lui confèrent génétiquement le goût du voyage. Il signe régulièrement la rubrique « tourisme » pour Néoplanète.