Pourquoi préférer la viande bio ?

Vache_de_race_charolaise_avec_son_veau credit wikipediaPour nourrir leurs animaux, les éleveurs de viande bio ont recours à une alimentation naturelle issue de l’agriculture biologique, exempte bien sûr d’OGM.

ENV 18 06

Version écrite de la chronique, collaboration Nathalie Cayzac

Les animaux sont nourris grâce aux récoltes provenant majoritairement de la ferme elle-même ce qui évite les coûts et la pollution des transports. Et si vraiment il en a besoin, l’éleveur s’approvisionne auprès d’autres exploitations bio situées dans la même région. L’un des autres intérêts du bio c’est la rotation des cultures : on n’épuise pas la terre en cultivant toujours la même chose mais on varie les plaisirs en faisant tourner d’une année sur l’autre des cultures de légumineuses telles que féveroles, trèfle, luzerne, pois ou encore lupin, on enrichit le sol en azote et on utilise du fumier pour aider la fertilisation de la terre.

Dans la gestion des animaux, les produits chimiques de synthèse sont strictement prohibés !

Forcément ! En guise d’insecticides, les éleveurs bio s’appuient sur des produits naturels (huiles essentielles, purin d’ortie…) ou des prédateurs (la coccinelle chasse les pucerons par ex). Côté bien-être animal, les bêtes sont moins nombreuses dans les étables; et dès que les conditions climatiques le permettent, on les laisse sortir. Quant aux les bâtiments, ils sont paillés, lumineux, bien aérés. Côté santé, les éleveurs privilégient la prévention et la stimulation des défenses naturelles grâce aux médecines douces, comme l’homéopathie, la phytothérapie ou l’aromathérapie. Les médicaments comme les antibiotiques sont tolérés uniquement en cas de véritables maladies et très surveillés

On trouve de la viande bio partout

On en trouve dans les magasins bio, mais même les grandes et moyennes surface en proposent. Pour s’y retrouver deux logos: le français AB et le logo bio de l’UE; la viande bio est évidemment un peu plus chère que la viande conventionnelle, mais elle est de meilleure qualité et aujourd’hui on sait qu’il vaut mieux en manger moins mais mieux!

La chronique « Quelle Époque Éthique » de Yolaine de la Bigne sur ce sujet a été diffusée mercredi 18  juin 2014 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète ses chroniques « Bonne Nouvelle » et « Quelle Époque Éthique », enrichies de photos, de vidéos et de liens Internet.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.