La végétalisation de la Tour Eiffel fait polémique

Fin novembre, un projet un peu fou était annoncé : la végétalisation de la Tour Eiffel. Démenti par la Société d’Exploitation de la Tour Eiffel (SETE) et la mairie de Paris, le concept sur lequel travaillent des équipes de Ginger a fait du bruit. Coup de pub ou projet écolo, retour sur une polémique sur fonds d’économie et d’écologie.

Annoncé par Le Figaro, ce projet colossal a déchaîné les internautes. A la question « Aimez-vous le projet de végétalisation de la Tour Eiffel ? » (lefigaro.fr), 73, 24 % des votants (26 821 internautes) répondent non. Le prix ou tout simplement l’intérêt de l’idée sont remis en question. Et les commentaires ne sont pas tendres. « Non seulement c’est moche (transformer notre belle tour brillante en vieux morceaux moussus, c’est n’importe quoi !), en plus c’est dangereux, (vous imaginez les gens qui vont devoir installer tout ça, puis entretenir), mais en plus ça va coûter une fortune ! », écrit une internaute du Figaro. Pourtant, même si le projet paraît un peu surréaliste, il mérite notre attention. L’idée n’est peut-être pas si folle que ça.


Un budget annoncé à 72 millions d’euros
Le concept est intéressant. La végétalisation de la Tour Eiffel mettrait un peu plus de vert à Paris.

L’idée : installer 600 000 plantes sur la structure de la tour pour une durée de quatre ans et des arbres au pied de la « Dame de fer ». Pour l’instant, rien n’est décidé mais le projet est étudié par Ginger, l’entreprise qui rénove le 1er étage de la « Dame de fer ». Concrètement, les plants seraient installés dans des poches à substrat suspendus à des filets de chanvre. L’arrosage se fera par un réseau de 12 tonnes de tubes en caoutchouc.

Ce projet pharaonique nécessite un budget de 72 millions d’euros… Dans un contexte de crise économique, difficile de faire avaler une telle dépense. Les fonds ne devraient pas venir de financements publics mais privés. Ce qui devrait rassurer les internautes qui s’insurgent devant la dépense annoncée.


Un projet écolo ?
Dans les faits, le projet tente la démarche environnementale. Le bilan carbone annoncé est plutôt une bonne nouvelle : 84,2 tonnes de CO2 émises contre 87,8 tonnes absorbées. Mais attention, les émissions sont calculées sur le temps de mise en place (quelques mois) alors que l’absorption prendrait une vingtaine d’années ! Pour un bilan carbone équilibré, il faudrait que les arbres implantés au pied de la tour y restent pendant vingt ans.

Construite pour l’Exposition Universelle de 1889, la Tour Eiffel devait, elle-aussi, être démontée vingt ans après sa construction. Et aujourd’hui, elle est le symbole de Paris depuis plus de 120 ans…


Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone