La vague verte de GreenFix

Sans elle, impossible pour un surfeur d’affronter la vague. Il en consomme en moyenne 85 grammes par an. La wax, antidérapant à base de cire, est souvent fabriquée à partir de produits pétrochimiques. GreenFix, PME française, propose une alternative écologique, éthique et 100% Made in France.

Greenfix

Pas de wax, pas de glisse. Dans l’eau, la planche de surf est glissante et l’antidérapant devient indispensable. Les wax disponibles sur le marché sont majoritairement importées de Californie, de Chine et d’Australie. Elles sont composées de cire mais aussi d’éléments pétrochimiques (paraffines), qui relâchent des micropolluants dans la mer. « C’est dangereux pour l’environnement et pour la peau du surfeur « , affirme Damien Houques, le créateur de GreenFix.

L’entreprise française, installée dans le pays basque, propose une wax made in France, 100% naturelle. Pour ne plus avoir à choisir entre qualité et éco-responsabilité, le passionné de surf a créé sa marque, en 2010 : « En tant que surfeur, je ne voulais plus choisir entre respect de l’environnement et efficacité du produit« .

 

 

Surfer sur l’innovation

Les produits GreenFix répondent à trois exigences : la qualité, le respect de l’environnement et l’innovation technique. « J’investis beaucoup dans la recherche« , raconte l’homme d’affaire. Damien Houques fait également des concessions sur sa marge : « La seule manière d’offrir une réelle alternative au consommateur, c’est de lui proposer un produit à qualité et à prix égaux« . Le design a été pensé pour une fonctionnalité optimale : le pain de wax a une partie dentée, pour que ses composants adhèrent mieux à la surface. Le créateur a conçu la première wax qui ne fond pas au soleil, elle résiste jusqu’à 70 degrés.

Pour créer son antidérapant, entièrement biodégradable, l’entrepreneur a travaillé plus de quatre ans en laboratoire, avec des étudiants de l’école d’ingénieur ESTIA. Il est passé par plus de deux cent formules avant de trouver la composition parfaite. Il ne peut pas la dévoiler, mais tous les produits utilisés sont garantis 100% naturels. Même l’emballage est vert ! Minimal, le packaging de la wax consiste en une bague de papier, issu de forêts certifiées PEFC et les impressions sont à base d’encre végétale, labélisées Imprim’Vert. La marque a été primée « projet d’innovation écologique de l’année » en 2009, par Eurosima, l’association européenne des industriels de la glisse.

Equité, solidarité, responsabilité

IMGP3056

Jamais à court d’idées, Damien Houques, a imaginé des distributeurs de wax : « Le surfeur se lève tôt. Il lui arrive d’être sur la plage avant 7 heures du matin. Les boutiques d’équipements sportifs n’ouvrent qu’à 10 heures. S’il n’a pas d’antidérapant, il est sur le banc de touche« , raconte t-il. Grâce à lui, une quarantaine de distributeurs sont installés sur les côtes françaises. Après avoir conquis la France, l’entrepreneur a su exporter son produit. Le Japon, pays où les  aqua-planchistes sont sensibles à la pollution, représente 30% son chiffre d’affaire.

Ethique, le chef d’entreprise est fière de participer au développement économique de sa région. Sa wax est fabriquée localement, près de Biarritz et 100% de sa chaîne de production est française.

Engagé, Damien Houques favorise l’insertion de personnes handicapées : « Nous leur confions des tâches tel que l’emballage des produits« , raconte t-il.

Ces contraintes éthiques, environnementales et humaines, ne l’empêchent pas de faire partie des leaders du marché français. Sa priorité est de faire de son entreprise : «  un acteur environnemental, économique et social. C’est une vision à long terme, viable et respectueuse » explique t-il.

  • Chiffre d’affaire en 2013 : 170k euros
  • Chiffre d’affaire en 2011 : 97k euros
  • Production : 1200 pains de wax par jour.
  • Points de vente : Près de 350 en France 

Cet article a été diffusé dans Le Parisien Economie du 2 décembre 2013. Retrouvez Néoplanète toutes les semaines dans le supplément économie du journal.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Barbara Krief

Journaliste pour Le Plus de L'Obs, Barbara Krief continue d'écumer les festivals engagés pour Néoplanète. Retrouvez-la sur Twitter @KriefB.