Ushuaïa TV : la renaissance verte de l’Ethiopie

Vendredi 24 septembre à 20h40, ne ratez pas le reportage de Christine Oberdorff  « Les Arbres de Makeda : Renaissance Verte de l’Ethiopie » sur Ushuaïa TV. Réalisé par Vincent Puybaret, ce documentaire nous embarque pour une immersion étonnante aux côtés de la population locale mobilisée pour planter des arbres.

Ce reportage de 52 minutes mêle les regards de Jacques Rocher, Président de la Fondation Yves Rocher*, de Christelle N’dri, jeune eco-volontaire de Marseille, et de Kurt et Irene Pfister-Hauri, fondateurs de l’ONG Green Ethiopia. Tous sont mobilisés sur le terrain pour participer à la reforestation de l’Ethiopie via la plantation d’arbres. «Planter un arbre est un acte magique», souligne Jacques Rocher. En effet, l’arbre, avec ses racines, stabilise le sol, met fin à l’érosion et participe à recréer un éco-système. Le cycle vertueux de la Nature reprend son cours. Avec Green Ethiopia, planter des arbres devient aussi un moyen d’émancipation pour les femmes éthiopiennes qui trouvent une activité salariée à travers les pépinières.

[nggallery id=154]

La journaliste Christine Oberdorff nous en dit plus sur ce voyage vert en terres africaines.

Christelle N'dri, Christine Oberdorff et Jacques Rocher Pourquoi avoir choisi l’Ethiopie ?
C.O.
Pour plusieurs raisons à vrai dire. Nous voulions tout d’abord travailler avec la Fondation Yves-Rocher et évoquer une de leurs actions de reforestation. Ils en ont aux quatre coins de la planète, mais j’ai une passion personnelle pour l’Afrique. L’Ethiopie, par son histoire et sa culture, est symbolique de ce continent et de son développement. On en garde une image biaisée et fausse avec dans nos têtes les inoubliables grandes famines des années 80. Je voulais voir et montrer la réalité telle qu’elle est aujourd’hui.

En quoi la reforestation est fondamentale pour ce pays ?
C.O.
Il y a une vraie volonté politique de replanter des arbres en Ethiopie pour lutter contre l’érosion des sols due à la pression démographique et aux changements climatiques. La plantation d’arbres est aussi une nouvelle source de revenus pour la population. Implantée depuis dix ans en Ethiopie, Green Ethiopia demande aux agriculteurs des hauts plateaux éthiopiens de prendre soins des arbres et de ne plus les couper n’importe comment. En échange, l’ONG construit par exemple des barrages qui permettent d’irriguer les champs où sont plantés des légumes. L’alimentation locale était très déséquilibrée avec beaucoup de féculents : ces légumes permettent une diversification alimentaire, et sont vendus sur le marché local.

On se rend compte dans votre reportage que les enfants et les femmes jouent un rôle important dans la reforestation.
C.O.
Oui, tout à fait. L’ONG Green Ethiopa a mis en place un projet remarquable sur le long-terme. Les enfants sont sensibilisés et responsabilisés pour changer les mentalités. Ils plantent des arbres avec leurs parents, mais aussi dans la cour de récréation à l’école. Ils se les approprient et en suivent la croissance. Quant aux femmes, je ne soupçonnais pas que leur rôle soit aussi important ! Elles mènent le combat contre la pauvreté, à la fois fières de s’en sortir et pragmatiques pour l’avenir de leurs enfants.

Vous évoquez le cas précis d’un arbre, l’eucalyptus. C’est un arbre qui a permis le développement de l’Ethiopie, mais qui est aujourd’hui de plus en plus décrié par les écologistes.
C .O.
Sans l’eucalyptus, l’Ethiopie n’aurait pas en effet connu un tel développement. Il ne faut donc pas totalement le renier même s’il est gourmand en eau. Il y a une vraie prise de conscience des spécialistes africains de la biodiversité pour revenir à des espèces endémiques. On parle ainsi de plus en plus de l’acacia, mais aussi du Grevillea robusta, un arbre importé d’Australie qui supporte très bien la sécheresse des sols. La reforestation montre bien que tout ne doit pas venir d’ailleurs pour le développement de l’Afrique, mais que ce continent dispose de ressources propres à valoriser. Les pays africains, qu’il s’agisse de l’Ethiopie ou du Sénégal avec sa muraille verte, misent de plus en plus sur leur patrimoine naturel. Lors de mon reportage, j’ai vraiment rencontré des gens debout, pragmatiques et fiers, ne voulant pas d’un assistanat étranger.

* Associée depuis 2007 au programme du PNUE «Plantons pour le planète», la Fondation Yves Rocher s’est engagée à planter 50 millions d’arbres à travers le monde dans les 5 ans à venir.

Sur Ushuaïa TV le vendredi 24 septembre à 20:40. Rediffusions : 25 septembre à 16:50, 01 octobre à 10:40, 08 octobre à 15:45, 10 octobre à 24:00, 11 octobre à 16:45, 21 octobre à 09:55 et 22 octobre à 01:00.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone