Urgence sanitaire mondiale : le changement climatique

Alors que les négociations de Copenhague sont à la recherche de propositions alternatives. On oublie le principal, l’Homme. En effet, dans un contexte où déjà en 2000,  150 000 le nombre de personnes décédées en raison du changement climatique selon  l’Organisation mondiale de la Santé, en 2009, 300 000 personnes, et en 2030, 500 000 d’après le forum humanitaire mondial, et les enfants sont les principales victimes. L’Homme et sa santé sont pourtant les grands absents de Copenhague. N’oublions pas que 70 000 personnes sont décédées en Europe lors de la canicule de 2003, avec un cout de 500 millions d’euros juste en France, et qu’une canicule est susceptible de survenir une année sur deux avant la fin du XXIe siècle.

Depuis les années 70, quarante nouvelles maladies infectieuses sont apparues et les maladies vectorielles sont en augmentation et sur des territoires plus étendus. Le cout de la balance financière de la mise en œuvre de mesures de lutte contre l’émission de gaz à effet de serre serait économiquement favorable si on tenait compte de l’économie des dépenses de santé que cela pourrait entrainer par rapport à la situation actuelle et future. Car les événements climatiques à venir auront des conséquences sanitaires et donc entraineront un cout important lié à la nécessité de disposer de systèmes de santé primaires performants partout dans le monde et en priorité dans les pays en développement qui sont les premiers touchés actuellement, de produits thérapeutiques innovants, de systèmes performants d’assainissement des eaux et de distribution d’eau potable en tout lieu, un des objectifs du millénaire du développement non atteint, mais également de structures de soins et d’hébergements face au nombre en constante augmentation permanente des réfugiés climatiques de 20 millions en 2009, à 75 millions en 2030, puis de 200 millions en 2050, si aucun accord international ambitieux n’est adopté.

Alors face à cette situation, mobilisons nous en signant l’ultimatum climatique et en demandant que l’Homme ne soit pas le grand absent des négociations de Copenhague, et informons nous sur la santé climatique et ses risques pour l’Homme.

www.urgencesanteclimat.com

Retrouvez la chronique Eco-Santé du Dr Sandrine Segovia-Kueny sur Néoplanète web radio

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Spécialiste des questions en santé environnement, des risques sanitaires environnementaux et de la gestion de crise, responsable d'enseignement à ENA et de cours à HEC. Deux ans conseiller technique risques santé environnement au cabinet de Jean-Louis Borloo (juin 2007- mai 2009) Déléguée générale de l' association Santé Environnement France pour Ile-de-France (ASEF). Déléguée générale de la Société Française de Santé et Environnement (SFSE). Secrétaire générale de la Société Française de Médecine de Catastrophes (SFMC)