Une amende requise contre le viticulteur bio anti-pesticides

FlickR Clement SaunierUne amende de 1000 euros dont 500 avec sursis, a été requise le 24 février par le procureur de Dijon à l’encontre d’Emmanuel Giboulot, le viticulteur biodynamique bourguignon qui a refusé d’épandre des pesticides comme l’exigeait le préfet.

Pour le procureur, M. Giboulot « a commis une infraction pénale en ne respectant pas l’arrêté préfectoral par choix idéologique ». M. Giboulot comparaissait devant le tribunal correctionnel de Dijon pour infraction au code rural et risquait 6 mois de prison et 30.000 € d’amende: il  avait refusé, en 2013, d’utiliser des pesticides pour traiter sa vigne contre un insecte (la cicadelle), vecteur d’une maladie de la vigne, la flavescence dorée.

Selon Emmanuel Giboulot, qui exploite 10 hectares de vignes en appellation depuis plus de 30 ans, le traitement systématique est « inopérant » et détruit tous les insectes auxiliaires qui, eux, sont « bénéfiques ». Le traitement est aussi très dangereux pour les abeilles.

Le jugement a été mis en délibéré au 7 avril. A ce jour, le viticulteur a reçu le soutien de plus de 480.000 personnes grâce à une pétition lancée par l’Institut pour la protection de la santé naturelle.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yves Leers

Journaliste spécialisé dans les questions d’environnement (AFP), conseil en développement durable (L’Atelier du climat), ex responsable de la communication et de l’information de l’ADEME.