Un site web dédié à ceux qui se baladent à poil

Cute_grey_kitten - GoogleFini les affiches scotchées sur les vitrines de magasins et les poteaux électriques. Maintenant, si vous perdez votre chère boule de poils, un nouveau site vous permet d’avertir la France entière en un clic.

Animalerte a été lancé il y a plus de six mois par Jean-Yves Gauchet, un vétérinaire toulousain, dans le but de réunir un maximum d’informations concernant la santé et la sécurité des animaux afin d’éviter les accidents, les maladies, ou encore les mauvaises rencontres. Les utilisateurs sont donc invités à poster plusieurs types de messages, comme par exemple des alertes de disparition ou des demandes d’adoption, qui apparaissent sous la forme de drapeaux de différentes couleurs sur une carte de France.

Donc si votre chien disparaît, vous postez une alerte, qui figurera en rouge sur la carte, et si quelqu’un voit votre animal, cette personne peut vous contacter via le site. Idem pour les demandes d’adoption, qui apparaissent en orange, les animaux trouvés, en vert, les coups de cœur, comme des animaux sauvages aperçus lors de promenades, en bleu ciel, et les maladies, en bleu.

Il est même possible de poster un coup de gueule, qui apparaitra en noir, parce qu’on est en France, après tout. Par exemple, à Toulouse,Dog's_Love - google un pauvre type s’amusait à tirer au pistolet à plomb sur les chats d’un quartier. Après plusieurs alertes postées sur le site, la communauté en a informé les habitants et les commerçants du coin, et, du jour au lendemain, les attaques ont cessé. Dans l’avenir, le créateur d’Animalerte espère ajouter des vidéos dans lesquels les SPA locales pourraient par exemple montrer aux utilisateurs tous leurs animaux, ou bien des vétérinaires pourraient indiquer les précautions à prendre pour éviter certaines maladies de saison. Voilà donc un site dont on peut parler « aboie » haute !

animalerte.org

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Eddy Delcher

Après un séjour de sept ans en Angleterre et en Afrique du Sud au cours duquel il obtient un diplôme en journalisme, Eddy revient en France afin de poursuivre ses études. En 2014, il rejoint l'équipe de Néoplanète et contribue régulièrement au CNRS International Magazine ainsi qu'au journal du CNRS depuis 2012.