Un shampooing pour un arbre

La Fondation Yves Rocher fête cette année les deux ans de l’opération « Plantons pour la planète ». L’occasion de revenir sur une initiative qui vaut son pesant… d’arbres !

MISSION SENEGAL

Créée en 1991, la Fondation Yves Rocher contribue depuis maintenant près de 20 ans à la conduite d’actions locales de conservation de la nature, de solidarité et d’éducation à l’environnement. Elle est présente dans plus de 50 pays à travers le monde. La fondation a deux actions phares. : la première est le prix « Terre de Femmes », qui récompense les femmes militantes et engagées en faveur de l’environnement (voir notre article sur le 8ème prix Terre de Femmes) ; la deuxième est une opération appelée « Plantons pour la planète »

« Plantons pour la planète » : reconstruction de notre capital vert

JACQUES ROCHER ET WANGARI MAATHAIL’aventure commence en 2007. Jacques Rocher, le président de la Fondation, croise le chemin de Wangari Maaathai. Elle est la première femme africaine à avoir reçu le prix Nobel de la paix. C’est de cette rencontre que naît l’idée de l’opération : planter des arbres pour sauver ce que l’on peut encore de la planète.
Jacques Rocher décide alors de faire appel aux clientes de sa marque de cosmétiques. Un shampooing éco-label Yves Rocher « I love my planet » acheté, c’est un arbre qui sera planté quelque part dans le monde. L’objectif initial était de planter 1 million d’arbres d’ici fin 2009. La mobilisation bénéficie aujourd’hui à 7 pays. Son succès permet au président de s’engager à présent sur 5 millions d’arbres d’ici à la fin de l’année.

Un même problème, plusieurs pays

Les projets de l’opération « Plantons pour la planète » sont spécifiques à chaque pays concerné, et se font en partenariat avec les associations locales spécialistes de la déforestation. Au total, la Fondation soutient 10 ONG réparties sur les 5 continents. Madagascar, Burkina Faso, Mexique, Haïti, Australie…

Quelques exemples plus en détail :

PLANTEUR EN INDEMission Inde (1 million d’arbres au Tamil Nadu)

En Inde, la Fondation Yves Rocher collabore avec Isha Fondation, une ONG locale. 85% des arbres qui seront plantés dans l’Etat du Tamil Nadu, au S-E du pays, le seront dans des villages en vue d’une réelle utilité pour les populations (ombre pour les plantations de légumineuses, arbres à bois, alimentaires, etc.). Les 15% restants seront plantés dans des écoles en ville.

PLANTEUR AU BRESILMission Brésil (70 000 arbres dans le Mata Atlantica)

La Fondation s’associe au Brésil avec L’Instituto Terra, une ONG fondée en 1998 par le photographe Sebastiao Salgado sur un domaine de 700 hectares au cœur de la forêt brésilienne. Son but est de protéger la forêt, aujourd’hui très dégradée, et de sauvegarder la biodiversité locale.

PLANTEUR AU SENEGALMission Sénégal (3 millions d’arbres en Casamance)

Au Sénégal, la Fondation Yves Rocher est partenaire d’Oceanium, une association de protection de l’environnement engagée depuis 2006 dans le reboisement de 5 millions de palétuviers en Casamance. Son objectif est de restaurer l’écosystème de la mangrove pour permettre aux populations locales d’avoir à nouveau accès à des ressources naturelles indispensables et aujourd’hui disparues : poissons, huitres, coques, gibier, etc.

PLANTEUR DANS LES LANDESMission Landes (15 000 arbres en Aquitaine)

A la suite de la tempête de janvier 2009, la Fondation Yves Rocher s’est associée à l’Office National des Forêts pour restaurer les forêts sinistrées des Landes de Gascogne. Le projet : nettoyer puis reboiser 12 hectares de forêt, et constituer un boisement plus résistant au vent comme aux parasites grâce au développement d’une biodiversité en phase avec le pin maritime.

MONTAGE ARBRE 1

Pour participer à ces actions de reboisement, il vous suffit donc d’acheter les shampooings « I love my planet » dans les magasins de la marque Yves Rocher. L’opération est aussi valable pour les recharges « Inositol Végétal ». On espère que d’autres produits suivront.

Plus d’infos sur www.yves-rocher-fondation.org

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Tout juste diplômée en lettres et communication, Alexandrine fait ses débuts de journaliste au sein de la rédaction de NEOPLANETE. Elle s'occupe aujourd'hui principalement du contenu du site internet.