Un meilleur accès à l’eau potable dans le monde

back-light-197330_640En deux décennies, l’accès à l’eau potable et aux toilettes s’est amélioré de 13% dans le monde, l’écart se réduisant entre les campagnes et les villes, selon le rapport de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) et de l’UNICEF qui vient d’être publié.

Près de 9 habitants sur 10 de la planète (96% des citadins et 82% des ruraux) avaient ainsi accès à une eau potable en 2012, alors qu’ils n’étaient moins de 8 sur 10 en 1990 (95% en ville et 62% dans les campagnes). L’OMS ajoute que « malgré les progrès accomplis, de grandes inégalités géographiques, socioculturelles et économiques demeurent au niveau mondial » en ce qui concerne l’accès à l’eau potable et aux toilettes.

wc-111092_640Selon le Dr Maria Neira, directeur du département Santé publique de l’OMS, «les personnes qui n’ont pas accès à des installations d’assainissements sont, dans leur immense majorité, des pauvres qui vivent en milieu rural ». Et lorsque l’accès a progressé en milieu rural, ce sont surtout les plus aisés qui en ont bénéficié, « creusant ainsi les inégalités». L’OMS a également constaté de grandes disparités au sein des villes, au détriment des populations vivant en périphérie dans des « quartiers informels », donc des bidonvilles.

Environ 2,5 milliards de personnes – dont les deux tiers habitent en Asie et un quart en Afrique subsaharienne – n’utilisent toujours pas d’installations d’assainissement convenables. Un milliard n’ont pas de toilettes du tout.

L’OMS rappelle enfin que l’absence d’assainissement et la contamination de l’eau sont des facteurs de transmission de maladies telles que le choléra, la diarrhée, la dysenterie, l’hépatite A et la fièvre typhoïde.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yves Leers

Journaliste spécialisé dans les questions d’environnement (AFP), conseil en développement durable (L’Atelier du climat), ex responsable de la communication et de l’information de l’ADEME.