Un livre pour la réhabilitation du grand requin blanc

Longtemps considéré comme un mangeur d’Homme (merci Spielberg…), le grand requin blanc est en train de s’éteindre dans une indifférence quasi-générale.

Dans le livre « Le grand requin blanc. Du mythe à la réalité », Patrice Héraud et Alexandrine Civard-Racinais dressent un portrait de celui qu’ils disent coupable du délit de « squale gueule ». Fiche d’identité du grand blanc, comment les scientifique l’étudient, pourquoi il est en danger et comment le préserver, vous saurez tout sur celui que l’on surnomme la « mort blanche ».

Sans pour autant le considérer comme un enfant de chœur, les auteurs racontent le grand blanc dans ce qu’il a de plus beau et de plus dangereux. Patrice Héraud a étudié, photographié et filmé pendant vingt ans ce squale. Il vous livre ses meilleurs clichés dans cet ouvrage.

Néoplanète vous propose d’en découvrir une sélection.

Otaries et phoques ne sont pas toujours d’accord pour servir de repas au grand requin blanc, comme en témoigne les nombreuses cicatrices présentes sur sa tête et son museau.

Si les grands requins blanc de False Bay, en Afrique du Sud, sont coutumiers de ces spectaculaires sauts d’attaque, il est rarissime d’observer un tel comportement de la part d’un grand requin blanc australien. Et encore plus rare d’arriver à le photographier au vol…

 » […] ce fléau n’est rien encore auprès de celui qui frappera nos descendants, lorsque les mers seront dépeuplées de baleines et de phoques. Alors, encombrées de poulpes, de méduses, de calmars, elles deviendront de vastes foyers d’infection, puisque leurs flots ne posséderont plus « ces vastes estomacs, que Dieu avait chargés d’écumer la surface des mers ». »  Jules Verne, Vingt Mille Lieues sous les mers, 1869

Comportement d’intimidation à l’égard d’un pétrel un peu trop entreprenant.

Les grandes femelles sont souvent les plus paisibles et les plus curieuses. Celle-ci se laisse admirer sans réserve, passant et repassant au plus près de la cage.

« Le grand requin blanc. Du mythe à la réalité », photographies de Patrice Héraud et textes d’Alexandrine Civard-Racinais aux éditions Glénat, collection Mer et nature, 30 €.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone