Un label qui sait « coiffure » pour l’environnement

crédit phovoirAujourd’hui commence la Semaine du Développement Durable, une cause qui touche énormément de secteurs, même ceux auxquels on ne pense pas forcément.

BN 01 04

Version écrite de la chronique

Comme par exemple la coiffure, qui est mine de rien la seconde profession artisanale de France. D’ailleurs, les quelques 60 000 salons qui existent consomment chaque année autant d’électricité qu’une ville de 18 000 habitants, ainsi que 8 millions de m3 d’eau ! C’est pour ça que le label « Développement durable, mon coiffeur s’engage », lancé en 2009, invite les professionnels à adopter des mesures responsables afin de moins gaspiller.

Comme utiliser moins d’eau pour les shampooings

Car laisser couler l’eau rien qu’une minute de moins permet d’économiser 12 litres et donc de l’argent. Pensez-y chez vous aussi la prochaine fois que vous ouvrez le robinet ! Il en va de même pour le chauffage : baisser la température ne serait-ce que d’un degré réduit la facture de 7% alors que chaque degré au-dessus de 19 l’augmente d’environ 10% ! Ce label est aussi très actif pour sensibiliser les coiffeurs aux produits qu’ils utilisent, privilégier des soins bios et non agressifs plutôt que ceux qui contiennent des composants toxiques ou dont on ignore les conséquences sur la santé.

On manque souvent en effet d’informations sur ce genre de sujet et sur tous les coiffeurs et leur offres en général d’ailleurs !

Justement, une nouvelle appli est lancée aujourd’hui : coiffure.com qui permet aux coiffeurs de créer un profil complet de leur salon. Du coup, à partir du 1er mai, les clients pourront trouver tous les salons près de chez eux, prendre rendez-vous par messagerie instantanée, découvrir les coiffures à la mode et les nouveaux produits. Donc vous n’aurez plus besoin de vous couper les cheveux en 4 pour savoir à qui confier votre auguste crinière!

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.