Un éléphant en captivité tue un homme. A qui la faute ?

DElephant en captivité FlickR -koen_photosimanche dernier, tentant d’échapper à sa captivité, un éléphant a blessé un homme de 84 ans, décédé dans la nuit. Pour la PETA, « cela souligne le besoin urgent d’interdire tous les animaux sauvages dans les cirques itinérants ».

 

 

 

L’animal, en tournée à Lizy-sur-Ourq (Seine et Marne) avec le cirque d’Europe, a réussi à s’échapper de son enclos, cerclé d’une barrière électrique. « Il a posé une bâche sur les fils électriques pour ensuite marcher dessus », raconte un gendarme de la commune. A proximité, un groupe de personnes jouait aux boules et a vu débarquer le pachyderme, qui a blessé, d’un coup de trompe, un homme de 84 ans. Hospitalisé, l’homme a trouvé la mort dans la nuit.

A la suite de ce drame, une enquête a été ouverte, le gérant du cirque étant responsable de ses animaux. Le tout est de savoir si les normes de sécurités ont été respectées.

Selon la PETA, ça ne devrait plus arriver 

En marge, cet incident éveille encore un peu plus sur les conditions de vie des animaux en captivité. Ainsi, la PETA a souhaité réagir par une déclaration de presse sur ces présences inopportunes : « La mort d’un spectateur suite à la tentative d’un éléphant captif de retrouver sa liberté est tragique et pour le moins tout à fait évitable et même prévisible. Cela souligne le besoin urgent d’interdire tous les animaux sauvages dans les cirques itinérants, où ces derniers sont privés de tout ce qui est naturel et important pour eux et sont retenus comme des esclaves en chaines. Dès leur enfance, les éléphants utilisés dans les cirques sont arrachés à leur mère, sœurs et tantes, puis ils sont régulièrement battus, fouettés et reçoivent même des coups de bâtons chargés de courant électrique, tout cela pour les forcer à exécuter des tours qui sont pour eux déconcertants, inconfortables et douloureux. Des crochets (bâtons harponnés ressemblant à des tisonniers avec des embouts métalliques bien pointus) sont couramment utilisés dans les cirques pour rappeler à ces animaux intelligents néanmoins terrifiés qu’ils doivent obéir coûte que coûte.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERAOn se demande, encore combien de ces êtres complexes et magnifiques faudra-t-il laisser souffrir de la perte de leur famille et d’une vraie vie avant d’interdire les numéros d’animaux sauvages ?  Tout comme ce dernier incident, on ne compte même plus les cas où des passants ont été blessés ou piétinés à mort par des éléphants échappés de cirques. Les cirques avec animaux sont dangereux pour les personnes et font vivre un enfer aux animaux, et il est grand temps de les reléguer aux livres d’histoire avec les combats de coq, l’appâtage d’ours et d’autres formes viles et cruelles de « divertissement ». »

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Après des études de journalisme à Paris et Dublin, Julie s'est lancée comme correspondante pour des sites d'informations québécois, couvrant l'actualité française. En 2013, elle revient sur les bancs de Néoplanète, qu'elle avait déjà arpentés quelques années plus tôt. En parallèle, elle cultive son blog, consacré au voyage.