Rapport WWF :

Un coaching aux entreprises pour mieux produire

Ce matin, l’organisation WWF a dévoilé le nom des 25 entreprises qui auraient l’impact la plus néfaste sur l’environnement. Pour sortir ce rapport d’une vingtaine de pages, elle s’est basée sur leurs volumes d’achats des 16 matières premières dont l’exploitation influence négativement les 35 écosystèmes prioritaires de la planète (Amazonie, Bassin du Congo, Bornéo et Sumatra…).

Carte
Matières premières et zones de conservation prioritaires © WWF 2016

Ce rapport invectif est surtout un moyen d’attirer l’attention sur deux éléments. Les problèmes de production, d’exploitation et de consommation des ressources et les solutions durables que propose l’ONG. Une seule page concerne l’information principale sur laquelle figure ce schéma peu informatif (on imagine aisément que Michelin ne se positionne pas sur l’industrie piscicole ou que L’Oréal ne s’intéresse que peu aux produits laitiers).

On retrouve sans grande surprise, dans les 6 premières positions, les enseignes de grande distribution Carrefour, Auchan, Casino (qui gére pourtant la franchise Naturalia…), E-Leclerc, Les Mousquetaires et le Système U (Super U, Hyper U etc.). L’essentiel se trouve en fait dans le message sous-jacent.

25 Entreprises
Les 25 entreprises françaises prioritaires pour accélérer la transformation des marchés © WWF 2016

Allô la Terre, ici WWF !

Ce buzz savamment orchestré permet de rappeler que depuis 30 ans les habitants de la planète Terre consomment chaque année une fois et demi ce qu’elle produit. Autrement dit, en 8 mois, l’Homme consomme les ressources que la Terre met un an à renouveler. Puis elle grignotte sur son capital. Mais ce capital n’est pas inépuisable. Selon l’ONG, il pourrait s’épuiser d’ici 2030.

Pour remédier à cette urgence, WWF propose aux décisionnaires concernés sa solution miracle : la « Market Transformation Initiative » (Initiative globale de transformation des marchés). Ce programme se déroule sur 4 niveaux :

  • Certifications
    Certifications des matières premières prioritaires © WWF 2016

    L’organisation de tables rondes pour déterminer les nouveaux standards de production et d’exploitation durable pour chaque industrie et la mise en place de certifications pour garantir le respect de ces normes.

  • L’accompagnement des entreprises ciblées par le rapport (mais aussi des plus petits acteurs qui le souhaitent) dans une transition vers leurs nouvelles méthodes d’exploitation des ressources. L’objectif est de les faire entrer en adéquation avec les nouvelles certification écologiques citées plus haut..
  • La mise en place de campagnes de sensibilisation pour le grand public, autour de la question de l’impact de notre consommation sur l’environnement.
  • L’exercice de pressions sur les pouvoirs publics pour réformer l’utilisation des ressources renouvelables.

 

 

 

Leurs objectifs : revenir à une empreinte écologique inférieure à celle des années 2000 pour l’exploitation des matières premières prioritaires, certifier 50% de leur production d’ici 2020 selon les certification WWF et stopper la perte d’habitat des espèces, menacées par ces industries.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Léo Arguillère

Journaliste Multimédia et occasionnellement musicien et acrobate urbain. Proche de la nature tel un hippie sauvage, et déjà concerné par les questions de bien-être et de santé, c’est après avoir vu le film Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent que Léo s’est engagé dans l’écologie. Ce documentaire l’a convaincu que le combat n’était pas vain, qu’il y avait encore de l’espoir et qu’il fallait se battre pour montrer au monde les solutions qui existent.