Un buisson sur le quai

Clôture verte à LimayTransilien SNCF, le réseau des trains de proximité en Ile-de-France, expérimente actuellement des clôtures végétales pour remplacer les clôtures métalliques classiques de ses gares.

Trois haies ont été plantées au printemps dernier dans des gares d’Ile-de-France : une sur la ligne D du RER en gare de Ris-Orangis (Essonne), dans le cadre de l’opération « D Maintenant », le nouveau plan d’urgence de la SNCF pour le RER D, et les deux autres sur la ligne J (Paris – Mantes-la-Jolie) dans les gares de Limay et Issou-Porcheville (Yvelines).
Le but ? Assurer des clôtures infranchissables, mais surtout plus intéressantes pour l’environnement (en terme de végétalisation de l’espace urbain et de bilan carbone).

Cette technique pourrait être généralisée sur l’ensemble des lignes Transilien si les essais s’avèrent concluants.

Pourquoi une telle décision ?

La voie ferrée est un moyen de transport très important en Île-de-France et les lignes de RER accueillent aussi bien des écoliers que des travailleurs qui l’empruntent plusieurs fois par jour. Or, les risques en gare sont nombreux, notamment au niveau des clôtures, (pour les petits malins qui tentent d’entrer par infraction, ou pour les fainéants, tout simplement !) : blessures au niveau du grillage, absence de contrôle possible des personnes accédant à la gare, accidents dus aux nombreuses traversées de voies pour accéder aux quais, immeubles et quartiers voisins, perturbations du trafic ferroviaire, coûts de réparations engendrées par les dégradations des clôtures existantes, etc.

Clôture verte à Ris Orangis

La Clôture Végétale (L.C.V.®)

La Clôture Végétale a donc été étudiée pour empêcher les tentatives répétées d’intrusion et de franchissement, tout en concourant à l’amélioration du paysage urbain.
Les végétaux plantés sont des plantes dissuasives (c’est-à-dire des épineux) : Ligustrum ibota, Spiraea et Poncirus trifoliata, une plante à piquants très très piquants … !

Toutes ces branches tressées se soudent entre elles et forment un ensemble solidaire qui donne à la haie une résistance particulièrement forte à l’enfoncement ou à l’arrachement. La discrétion et l’esthétisme de cette clôture lui permettent de s’intégrer durablement dans tous les environnements.
Afin d’éviter tout risque de blessure accidentelle, les haies d’épineux sont également entourées de 2 autres haies de végétaux inoffensifs.

Le paysage urbain bouge !

www.transilien.com

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Tout juste diplômée en lettres et communication, Alexandrine fait ses débuts de journaliste au sein de la rédaction de NEOPLANETE. Elle s'occupe aujourd'hui principalement du contenu du site internet.