Tous perchés !

Besoin de nature, envie de retour en enfance pour oublier les rigueurs de l’âge, fantaisies pour échapper au conformisme ambiant… les raisons sont nombreuses  qui expliquent l’engouement pour les cabanes. On en construit pour ses enfants, pour son bureau, pour une chambre d’amis ou pour soi, pour rêver d’un ailleurs au bout de son jardin. Même l’hôtellerie s’y est mise, offrant des séjours dans les arbres avec petit déjeuner monté par une corde le matin !

Les Cabanes du MondeGrand spécialiste de l’architecture des cabanes, auteur de quatre ouvrages sur le sujet et directeur de TreeHouse Worksop, la société de constructions de maisons perchées la plus importante au monde, Pete Nelson publie « Les cabanes du monde, un nouveau tour du monde des cabanes perchées ». Un périple à la découverte de trente-cinq réalisations exceptionnelles, accompagné des étapes en détail d’une construction à  réaliser soi-même, si le cœur vous en dit…

Au fil des pages, on entre dans des petites maisons toutes simples qui rappellent nos souvenirs d’enfants, des plus rustiques dont aurait rêvé Robin des Bois, des petits Trianon au balcon fleuri, des ateliers d’artistes avec mezzanine et escalier en spirale. Et puis il y a les délirantes, œuvres de créateurs perchés qui veulent réinventer une façon de vivre comme Tom Cudleigh, ce canadien fou de bateau qui a conçu les Sphères Free Spirit (Sphères de l’esprit libre) à la façon d’un house-boat sphérique : une grosse boule de 3m20 de diamètre suspendue entre trois arbres dans laquelle « vous avez la sensation que vous flottez en l’air, que vous êtes dans un autre monde ». Car elle bouge au gré du vent et oscille légèrement quand on se déplace à l’intérieur pour offrir des sensations nouvelles à ceux qui tournent en rond dans leur vie trop bourgeoise.

Sphérique aussi la cabane de Beach Rock à Okinawa, célèbre lieu de villégiature au Japon devenu le rendez-vous de la jeune génération en quête d’alternatives. Œuvre de Taka dans l’idée de mieux communiquer avec l’espace, ce « Cosmodôme » d’extra-terrestre est en plexiglas, entièrement transparent, et offre une vue éblouissante sur le monde des hommes.
Mais le comble du délire est sans doute atteint par l’américain Horace Burgess qui eu la vision d’une immense église  que Dieu lui demandait d’élever au plus près du ciel. Après quinze années de travail acharné et quotidien, il continue chaque jour, à 58 ans, de bâtir cette incroyable cathédrale construite autour d’un immense chêne, avec le bois de cinq granges différentes. De vieilles bouteilles suspendues à des fils de fer servent de cloches dans un beffroi de 30m de haut pour annoncer la messe. Et quand il n’y a pas d’office, la chapelle se transforme en  terrain de basket avec le panier sagement accroché, juste en face du crucifix, alléluia !

Les cabanes du monde, Pete Nelson, édition Aubanel, 35€

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.