Tous à l’eau… potable !

Le 22 mars, c’est la journée mondiale de l’eau, cette denrée si précieuse mais aussi l’objet de tant de conflits, d’inégalités et de morts. Alors que l’accès à l’eau potable est un droit humain depuis 2010, beaucoup vivent quotidiennement avec une eau insalubre, vectrice de maladies. L’association humanitaire Solidarités International vient de publier le premier « Baromètre de l’Eau », qui dresse l’état des lieux de l’accès à cette ressource vitale.

-pixabay

  • Les grands chiffres de l’eau

3,5 milliards : C’est le nombre d’êtres humains qui boivent chaque jour de l’eau dangereuse pour leur santé. 2,6 milliards de personnes manquent également d’un assainissement adéquat.

2,6 millions : C’est le nombre d’êtres humains qui meurent chaque année de maladies liées à l’eau et à un environnement insalubre. Parmi eux, 1,8 millions ont moins de 15 ans. 10% des sour-wikimediaces d’eau sont à haut risque pour la santé.

 76 : C’est le pourcentage de femmes et d’enfants qui passent chaque jour 140 millions d’heures à chercher de l’eau, dans les pays en développement.

15 : C’est le nombre de litres d’eau consommés en moyenne par jour et par personne en Afrique Sub-Saharienne. Les États-Unis, l’Australie et le Japon atteignent 250 litres.

4,2 miliards : C’est le nombre de personnes qui ont été affectées par les inondations, les sécheresses et les tempêtes depuis 1992. Rien qu’en 2010, environ 297 000 personnes ont perdu la vie dans 373 catastrophes naturelles. 90 % de l’ensemble des risques naturels sont liés à l’eau.

  • L’eau, une ressource au centre de tout

De l’eau pour la santé : L’accès à l’eau potable, en quantité suffisante, complété par l’utilisation de toilettes hygiéniques et des pratiques d’hygiène adaptées, reste le meilleur moyen d’éviter les épidémies. Elles demeurent une des premières causes de mortalité au monde avec 2,6 millions de décès chaque année.

De l’eau pour apprendre : Un élève en bonne santé est plus attentif et apte à la réussite scolaire et simplement plus présent à l’école. D’après l’UNICEF, 272 millions de journées scolaires sont perdues chaque année en raison de maladies diarrhéiques.-wikipedia

De l’eau pour la sécurité alimentaire : Un approvisionnement régulier en eau douce est indispensable pour maintenir les activités économiques de la population rurale. L’irrigation, permet de sauver les récoltes en cas de sécheresse, et d’en obtenir 2 à 3 par an au lieu d’une seule. Pour les éleveurs aussi, l’eau est cruciale : pour abreuver le bétail, optimiser des pâturages, produire du fourrage. Elle reste aussi essentielle à l’économie dans les villes.

De l’eau pour la malnutrition : L’efficacité de la lutte contre la malnutrition sévère et chronique passe en partie par la mise en œuvre de programmes d’assainissement dans les communautés frappées par la malnutrition. La malnutrition infantile est la cause de 35% des décès d’enfants de moins de 5 ans. 50% de ces cas sont directement associés à des diarrhées chroniques ou des vers intestinaux dues à l’eau insalubre.

  • 2015, une année cruciale pour l’eau

12-17 Avril :  7e Forum mondial de l’eau de Daegu-Gyeongbuk (Corée du Sud). Son objectif est de débattre des questions liées à l’eau et à l’assainissement, de formuler des propositions concrètes et favoriser l’action, de susciter un engagement politique réel et durable en faveur de l’eau.-wikimedia

13-26 Juillet : 3e Conférence internationale sur le financement du développement à Addis Abeba (Ethiopie). L’eau doit être reconnue comme une véritable priorité dans les financements internationaux et surtout nationaux.

Fin Septembre : Assemblée Générale des Nations unies (New York) L’Agenda post 2015 qui fixera les priorités de la communauté internationale pour les 15 années à venir sera adopté. Un Objectif Eau ambitieux prévoyant l’accès universel à l’eau potable et à l’assainissement, la réduction des pollutions, la gestion intégrée des ressources, l’efficience des usages et la protection de la biodiversité aquatique doit être retenus.

30 Novembre – 12 Décembre : 21e Conférence des Parties à la Convention Climat (COP 21, Le Bourget). L’eau doit être au cœur de l’adaptation au dérèglement climatique. Les fonds internationaux sur le climat doivent intégrer ce secteur dans leurs priorités.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Apprentie journaliste à l'Université de Liège en Belgique, amoureuse des chats, experte en rien mais passionnée par tout. Soucieuse de l'environnement, elle a posé ses valises chez Néoplanète.