Théma Arte : Résistances, mode d’emploi

On les appelle «alter» en Europe, freeters au Japon, eco warriors aux États-Unis… Leurs points communs ? Vivre en marge du système et remettre en cause nos modes de consommation. Enquête sur une jeunesse qui réinvente la désobéissance. Rendez-vous mardi 8 février à 20h40 sur Arte.


A 20h40 / LES INSURGÉS DE LA TERRE

Pour protéger la planète, certains jeunes militants écologistes sont prêts à tout. Mais leurs actions radicales servent de prétexte aux États pour criminaliser la désobéissance civile.

Ils ont établi leur camp dans la canopée des séquoias de Californie du Nord ou de l’Oregon. En rupture avec l’american way of life, ils ont décidé de donner leur temps, et pour certains leur vie, à la protection de la nature. Leurs inspirateurs sont des poètes et des philosophes comme Henri David Thoreau (l’auteur de la Désobéissance civile). Ils ont des airs angéliques, tiennent des propos fondés mais qui sonnent le plus souvent utopiques. Ailleurs, ces nouveaux guérilleros éperonnent les baleiniers japonais en Antarctique ou s’accrochent au-dessus des voies ferrées pour bloquer les trains de déchets nucléaires en Allemagne. Parfois, pour défendre ce à quoi ils croient, certains basculent dans l’illégalité, s’en prennent aux forestiers ou aux exploitants de bois, sabotent des laboratoires de vivisection ou brûlent des 4×4. Ils sont alors forcés à la cavale ou à la clandestinité.

Pour le FBI, ce sont des terroristes. L’agence fédérale les a officiellement désignés comme la seconde menace à la sécurité intérieure des États-Unis après Al-Qaeda. Elle fait peser sur ces militants verts une répression féroce et sans précédent. Le Animal and enterprise terrorism act, un volet spécial des Patriot acts américains adopté sous la pression des lobbies industriels, donne désormais la possibilité aux autorités de réprimer toutes formes de protestations. Des avocats défenseurs des libertés publiques et des ONG comme Greenpeace dénoncent cette dérive liberticide, aux États-Unis comme en Europe.

Documentaire de Philippe Borrel (France, 2011, 53mn) Coproduction : ARTE France, Dissidents, Woods TV


A 21h35 / TOKYO FREETERS

Le Japon compte aujourd’hui plus de deux millions de freeters : des jeunes précaires peu qualifiés qui, faute de moyens, ne peuvent se fixer.

Apparu dans la seconde moitié des années 1980, le terme freeter a d’abord désigné les jeunes Japonais désireux de s’affranchir du modèle traditionnel de dévouement à l’entreprise. Depuis, à l’image positive véhiculée par ce vent de liberté s’est substituée la réalité plus douloureuse de la précarité. Victimes de la morosité économique, les nouveaux freeters cumulent les emplois et se réfugient dans les cybercafés lorsqu’ils n’ont pas de toit. Dans une société où la compétition s’apprend dès le plus jeune âge, beaucoup se sentent coupables. Et si certains tentent de se révolter en organisant des manifestations, la plupart d’entre eux choisissent de rester seuls avec leur souffrance. Marc Petitjean donne la parole à ces «travailleurs jetables après usage» qui portent un regard à la fois lucide et désespéré sur leur situation, et à d’anciens freeters reconvertis dans la lutte contre les exclusions. Agrémenté de magnifiques portraits photo en noir et blanc des intervenants, ce documentaire efficace met en lumière le fossé d’incompréhension qui sépare cette génération en détresse du reste de la société japonaise.

Documentaire de Marc Petitjean (France, 2010, 47mn). Coproduction : TS Productions, ARTE France

Un chat sera proposé pendant la diffusion de la Thema sur arte.tv/ecowarriors avec Cécile Lecomte, une éco-guerrière pas comme les autres…

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone