Théâtre :

« Des semences et des hommes »

Dernière semaine pour aller voir la pièce de théâtre « Des semences et des hommes » ! Cet échange épistolaire, adapté du livre éponyme de Fabien Rodhain et mis en scène par Michèle Couty, est une mise en lumière dans le plus petit théâtre Parisien sur le drame Monsanto qui sévit en Inde…

C’est l’histoire d’un carnage indien raconté à travers la sensibilité de deux femmes que tout oppose. L’une est retranchée derrière des murs parisiens et offre son argent à une famille indienne, l’autre le reçoit et tente de cultiver les terres avec une partie de cette donation qui sert aussi à envoyer ses enfants à l’école. Elles vont se rendre comptent qu’elles, et leurs proches, sont victimes de Monsanto. Un nom qui fait grincer des dents. On estime qu’en Inde, un agriculteur se suicide toutes les 30 min. Depuis le début du siècle, il y en a plus de 250 000 qui se sont donnés la mort par désespoir. Ils sont incapables de subvenir aux besoin de leur famille et de leur terre à cause de la monoculture instauré par la firme américaine spécialisée dans « l’agriculture », c’est-à-dire les pesticides et les semences OGM. Monsanto est détenteur à 95 % des semences de coton OGM, les seules qui se vendent encore alors que le prix à augmenté de plus de 8 000%.

Toutes les informations sur www.dessemencesetdeshommes.com et www.fabienrodhain.com

Réservations au Théâtre de l’Ile Saint-Louis 01 46 33 48 65  15€ – étudiants de moins de 25 ans, avec une carte : 10€

A noter que les éditions Glénat sortent le premier volume d’une saga BD le 10 février Les Seigneurs de la Terre, préfacée par Pierre Rabhi (auteur Fabien Rodhain).

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Laura Stefanutto

Passionnée par le monde et ses richesses culturelles, elle écume les mers depuis son plus jeune âge. Bien décidée à profiter de ce que lui offre la vie, elle débute une série de voyage en solitaire, avec l’Australie notamment, après l’obtention de son bac. Quelques mois plus tard et des souvenirs plein la tête, elle revient en France pour entamer une école de journalisme. Sensible à la cause humaine et environnementale, elle est convaincue qu'un avenir meilleur est possible.