Têtes de gondole et queues de poisson

©20minA quelle enseigne se fier pour acheter son poisson ? L’association BLOOM, spécialisée dans la protection des océans profonds et la lutte contre la surpêche vient d’établir un classement des supermarchés français selon le sérieux de leur démarche à se procurer du poisson issu de pêches durables et respectueuses des écosystèmes marins.

Dans son enquête, BLOOM a épluché minutieusement la politique générale d’achats de poissons des 6 principaux groupes de distribution alimentaire (Auchan, Carrefour, Casino, E. Leclerc, Intermarché et Système U) ainsi que leur approvisionnement spécifique en poissons profonds, issus de pêches particulièrement destructrices et non durables.

Relevés de terrain, questionnaires, entretiens avec des responsables des différentes enseignes et consultation de la documentation publique: BLOOM  a mené une véritable enquête pendant cinq mois.

Conclusion ? Aucune enseigne ne satisfait entièrement les critères d’évaluation de BLOOM. Casino arrive ainsi en tête du classement (68%), suivi de près par Carrefour (61%) puis Système U (52%), tandis qu’Auchan (26%) et E. Leclerc (19%) affichent un score faible et qu’Intermarché obtient un score quasi nul (6%) en ne satisfaisant qu’un critère sur les 23 retenus.

Pour consulter la méthodologie et le tableau de notation de BLOOM, rendez-vous ici : http://www.bloomassociation.org/download/2013_5_juin_Classement_Supermarches_BLOOM_ANNEXES.pdf

bloom

Il existe des degrés d’engagement très variables des marques en matière d’achats de poissons durables et les enseignes peuvent être à des extrêmes opposés du spectre des bonnes pratiques environnementales. 

Destruction des écosystèmes

Selon les chiffres de 2012 de la FAO, 87% des stocks de poissons dans le monde sont aujourd’hui pleinement exploités ou surexploités. Beaucoup d’entre eux sont pêchés à l’aide de méthodes destructrices, notamment le chalutage de fond.  Déployé dans les eaux très profondes de l’océan (jusqu’à près de 2000 mètres de profondeur) il dévaste des écosystèmes constitués de coraux millénaires et de créatures souvent centenaires.

Pour cette raison, BLOOM a porté une attention particulière à l’approvisionnement en espèces profondes des groupes. Là encore, Casino et Carrefour arrivent en tête grâce aux mesures qu’ils ont prises vis-à-vis de certaines espèces profondes particulièrement vulnérables comme la lingue bleue. Toutefois, la fondatrice de BLOOM se dit « déçue » par des mesures qu’elle juge « largement insuffisantes et inadaptées à l’urgence de la situation des océans profonds », impactés de façon sans doute irréversibles par les navires de pêche industrielle.

Intermarché, le 5e mousquetaire

C’est l’acteur de la grande distribution le moins éco-responsable. Intermarché possède la plus grande flotte de chalutiers profonds et arrive, sans surprise, en queue de classement. Pire encore, la note attribuée à Intermarché ne prend même pas en compte le fait que la méthode utilisée par le groupement des Mousquetaires est décrite par les chercheurs comme « la plus destructrice de l’histoire » !

D’ici peu, une grande partie de la flotte d’Intermarché pourrait être interdite d’exercer à cause  de son impact écologique disproportionné.  La Commission Européenne a proposé d’interdire le chalutage profond en Europe, la question est actuellement en cours de négociation à Bruxelles. Wait and sea.

 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Mathilde Samama, étudiante en dernière année à Sciences PO, en Master Développement Durable.