Communiqué Robin des Bois :

Terreur sur les baleines en Antarctique

La « Corrida en Antarctique » reprend ! Les baleiniers japonais sont repartis en chasse début décembre, sous des couverts scientifiques. Malcolm Turnbull, le premier ministre australien en visite à Tokyo en fin de semaine dernière, a déclaré à la presse japonaise que l’Australie était « très déçue que le Japon reprenne la chasse dans l’océan Austral cette année ». Pour vous aidez à y voir plus clair dans cette histoire, voici le communiqué de l’association Robin des Bois.

Périmètre de chasse baleinière japonaise 2015-2016. Carte Robin des Bois
Périmètre de chasse baleinière japonaise 2015-2016. Carte Robin des Bois

Corrida en Antarctique

« Hélas la trêve est finie. Les baleadors japonais reprennent leurs muletas glauques et leurs coutelas scientifiques pour s’acharner sur les baleines de décembre 2015 à mars 2016, l’été austral. Le permis de chasse accordé par le Ministre des Pêches, Hiroshi Moriyama, autorise les harpons explosifs et si nécessaire les harpons froids et les armes à feu. Selon les conditions de mer et de visibilité, la distance de tir, les premiers organes touchés, les 3 munitions sont utiles et peuvent être complémentaires. Un seul tir de harpon explosif est effectué. Les résidus de penthrite et la surpression de l’explosif à l’intérieur de la baleine rendent inconsommables 300 à 500 kg de viande. Pour lutter contre cet inacceptable gaspillage alimentaire, le harpon froid est utilisé en deuxième vague d’attaque. Il provoque des hémorragies internes qui réduisent la résistance de la cible. Si nécessaire, les rafales de gros calibre criblent de balles les yeux, le cerveau, la moelle épinière. La mort apparente survient généralement entre 4 et 20 minutes après. Exceptionnellement, ça dure 1h. La mort cérébrale est difficile à déterminer sur un être aussi complexe et sophistiqué qu’une baleine. Le relâchement total de la mâchoire inférieure est un indice de mort fiable. A titre de précaution, il est probable mais ce n’est pas confirmé dans le descriptif sommaire du permis de chasse, qu’une décharge électrique parachève le travail une fois que la baleine est hissée sur le bateau-usine. Il faut être sûr de ne pas dépecer une baleine vivante. Ça peut être dangereux.

La chasse à la baleine en Antarctique avait été suspendue après l’arrêt de la Cour Internationale de Justice rendu le 31 mars 2014. La Cour estimait que les objectifs du programme scientifique japonais pouvaient être atteints par d’autres moyens que la capture et la mise à mort des baleines et confirmait que la commercialisation de la viande aidait à financer les expéditions maritimes vers le Pôle sud. Après avoir rongé ses freins pendant un an, l’armée baleinière japonaise est repartie à l’attaque. Elle vise 333 rorquals de Minke (Balaenoptera acutorostrata) dits aussi rorquals à museau pointu ou petits rorquals. Longueur maximale 10 m, moyenne 7-8 m. Poids : 8 à 13 t. La gestation dure 10 mois. La période d’allaitement 5-6 mois. A la naissance, le baleineau mesure 2,5 m et pèse 300 kg. La période de chasse inclut la phase d’allaitement et il n’est pas rare qu’une mère et son baleineau soient tués dans la même frappe. Le permis de chasse n’interdit pas la capture des baleines femelles suitées.

La Nouvelle-Zélande, l’Australie, les Etats-Unis d’Amérique, l’Afrique du Sud et tous les pays de l’Union Européenne ont immédiatement adressé une vive protestation diplomatique contre la posture japonaise.

Par tous les moyens, le Japon tente de faire la promotion de la viande de baleine. Parmi les dernières trouvailles du marketing, un club de 28 restaurants huppés propose aux touristes étrangers des plats variés de viande décongelée et un professeur émérite prétend que la consommation de la viande de baleine prévient la maladie d’Alzheimer. »

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone