Pierre Rahbi au nom de la terre

lapress.caLe long métrage de Marie-Dominique Dhelsing consacré à l’agriculteur ardéchois, sort aujourd’hui, mercredi 27 mars,  au cinéma.  Le documentaire retrace le parcours du ce pionnier de l’agro-écologie qui prône depuis toujours un retour aux vraies valeurs de la Terre. Né dans le désert algérien en 1938, il s’est toujours intéressé à l’environnement et à sa préservation. Cet agriculteur, philosophe et essayiste français, a fait de l’agriculture biologique sa priorité.

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2013/03/Pierre-Rabhi-au-nom-de-la-Terre-124129905-3.mp3|titles=Pierre-Rabhi-au-nom-de-la-Terre-]

Cette chronique « Environnement » a été diffusée le mercredi 27  mars 2013 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète les chroniques « Bonne Nouvelle » et « Environnement » de Yolaine de la Bigne, enrichies de photos, de vidéos et de liens internet.

©amanins1

Au fil des images, on découvre un homme simple,  à l’écoute de la Terre et des valeurs qu’elle véhicule. On découvre un homme engagé, touchant et accessible. Un homme pour qui il n’y a pas de modèle idéal sans auto-limitation ou  « sobriété » (même s’il « n’aime pas particulièrement ce mot »). Pierre Rabhi participe à de nombreuses associations et organisations, qu’il en soit lui même le créateur ou non: Terre & Humanisme, la Ferme des Enfants, Colibris, les Amanins…. Leur objectif : transmettre les principes de l’agro-écologie et réapprendre aux petits comme aux grands agriculteurs, à connaitre et respecter la Terre pour mieux la cultiver et parvenir, un jour, à l’autosuffisance alimentaire.

En 2007, sous son impulsion, naît le Mouvement Colibri qui explique les bases et les principes de l’agro-écologie. L’idée est d’utiliser des pratiques de l’agroalimentaire, sans avoir recours aux produits chimiques . L’agro-écologie utilise des techniques biologiques comme le compostage, un meilleur traitement de l’eau ou encore la lutte contre l’érosion.

Permaculture

Ce n’est pas, à proprement parler, un système agricole. La permaculture s’inspire beaucoup des organismes naturels et notamment des forêts, où le sol est laissé intact. Elle intègre les pratiques de l’agriculture biologique et de  l’agro-écologie mais aussi des techniques d’énergies renouvelables ou encore de l’éco-construction. La permaculture suit un fonctionnement cyclique, un peu comme un cercle vertueux, où un fonctionnement vient en nourrir un autre. Tout cela, en produisant un minimum de déchets.

©MilkwoodersLe site naturel des Amanins, entre la Drôme et le Vercors, représente 55 hectares spécialisés dans la permaculture. Né de la rencontre entre Michel Valentin, ancien chef d’entreprise vertueux (disparu en mai 2012) et de Pierre Rabhi, ce complexe sensibilise et initie les curieux à l’agro-écologie et à ses valeurs. Pour plus d’information rendez-vous sur le site.

 

Un extrait du film (sortie en salle le 27 mars dans toute la France, durée 1h38) :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=XSEQgFVg0_Y[/youtube]

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Mathilde Samama, étudiante en dernière année à Sciences PO, en Master Développement Durable.