Cinéma : palmes vertes et carton rouge

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Les palmes vertes sont décernées à l’unanimité des voix à « Moi, la finance et le développement durable » de Jocelyne Lemaire-Darnaud, qui comme son nom l’indique est une plongée dans l’univers des placements bancaires éthiques. (Ces palmes ne doivent pas cacher le magnifique potager bio de « The Kids are Allright » de Lisa Cholodenko, qui a droit à sa mention. Mais pas de chronique). Tout aussi unanime est la brassée de ronces en fer blanc, tout rouillé, pour le « Wall Street 2 » d’Oliver Stone, un film sans point de vue sur la finance pas éthique.