Biodiversité : pour Guillaume Sainteny, il faut « éviter, atténuer, composer »

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Cinq ans après le lancement du projet de loi « Grenelle de l’Environnement », le Centre d’Analyse Stratégique publie un rapport « Les aides publiques dommageables à la biodiversité », qui revient sur la loi Grenelle I, et notamment sur les évaluations de la valeur économique de la biodiversité. A l’image du « Grenelle », une commission a réuni scientifiques, économistes, syndicats, élus et représentants du secteur privé autour de la question de ces subventions. Celles-ci entrainent surexploitation des sols, détérioration des habitats naturels, introduction d’espèces invasives, pollution dans tous les milieux et réchauffement climatique. Ce rapport soulève une question majeure : si toutes les activités humaines ont nécessairement un impact sur la biodiversité, comment envisager alors une protection efficace ? Explications de Guillaume Sainteny, maitre de conférence à l’École Polytechnique et directeur de cette commission mandatée par le Centre d’Analyse Stratégique.