Que se cache-t-il derrière « Ces animaux qu’on assassine » ?

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Tous les pays sont responsables du trafic d’animaux, considéré aujourd’hui par les instances internationales comme la principale activité criminelle devant celles des drogues, des armes et des humains. Os de tigre, bile d’ours, ailerons de requins, mais aussi les viandes de gorilles, de chimpanzés, de pangolins, de baleines, de dauphins… Derrière « Ces animaux qu’on assassine », c’est la planète tout entière qui est mise à mal. Heureusement que des centaines d’ONG tentent d’enrayer ce fléau malgré le danger. Interview de Louis Blériot lors du défilé « Paris sans Fourrure » de Néoplanète . Ancien directeur de France 2, il a fondé « Planète sacrée » dont l’objectif est de promouvoir dans le monde toutes les actions et les innovations en faveur du développement durable. Il est aujourd’hui écrivain, scénariste. Il livre aujourd’hui une enquête édifiante sur « Ces animaux qu’on assassine – Trafics, mafias, massacres ».