« Stratégie pour 2 jambons », un cochon-philosophe au théâtre

Imaginez un cochon prêt à sacrifier sa vie pour nous offrir le plus goûteux des jambons. Entrez dans son intimité et découvrez ses pensées, dignes des meilleurs philosophes. Voici le monde dérangeant de « Stratégie pour 2 jambons », une pièce qui devrait plaire aux adeptes du slow-food et du bien-être animal

Tous les ans en France, un peu plus de 25 000 000 de porcs sont élevés, le plus souvent dans des conditions peu propices à leur épanouissement intérieur. De leur naissance à leur abattage, 95% d’entre eux ne mettront jamais le groin dehors, seront élevés en rangs sérés et défèqueront sur des sols ajourés (caillebotis).

Le cochon-philosophe de « Stratégie pour 2 jambons » est, quant à lui, un véritable privilégié. Et il ne s’en plaint pas : le carré de deux mètres sur deux avec vue sur le pré suffit, selon lui, à ses déplacements comme à sa méditation. Même s’il avoue parfois hésiter entre tourner en rond et marcher en diagonale pour se détendre les pattes.

Imperturbable, il attend « l’équarisseur d’un pied ferme et le cœur léger » car de toute façon « le chantage au suicide n’y changerait rien ». Alors il se contente de bien manger pour fournir aux futurs consommateurs les meilleurs jambons possibles.

Les coups de gueule du cochon-philosophe

De là à croire que ce cochon-philosophe voit la vie en rose, il n’y a qu’un pas que l’on ne saurait franchir. Il en appelle, presque désespérément, à la production de jambon de qualité et au respect de quelques normes en matière de bien-être animal, notamment un local de deux mètres sur deux avec vue sur pré. Il milite aussi pour que l’engraissage soit mené à son terme.

Rien n’insupporte plus ce cochon-philosophe que l’élevage industriel et la société de surconsommation. « Tourner en pure perte, voilà ce que mon entendement n’admettra jamais ». Il s’insurge aussi contre ces humains qui nient « une existence toute entière dans l’instant même où (ils) la consomment », et pense que dans ces conditions « un corps sans pattes aurait mieux fait l’affaire. »

Politiquement incorrect, ce cochon-philosophe affirme également haut et fort que « mieux vaut un cochon d’extrême droite qu’un humain d’extrême gauche. » En d’autres termes, le cochon le plus fasciste est bien meilleur que le plus louable des êtres humains qui s’adonnerait à l’élevage industriel.

Une pièce très populaire

« Stratégie pour deux jambons » est portée sur scène au Lucernaire forum en 1979. Cette pièce sera même la plus jouée au monde dans les années 1980.

Son auteur, Raymond Cousse est né le 20 avril 1942 à Saint-Germain-en-Laye, dans une famille bretonne venue travailler en région parisienne. Il décide de se lancer dans la littérature suite à la découverte de l’œuvre de Samuel Beckett, dramaturge irlandais. Raymond Causse ne cessera d’écrire et de jouer jusqu’au 22 décembre 1991, jour où il se donne la mort.

Stratégie pour 2 jambons

Une pièce écrite par Raymond Cousse et jouée par Alain Stach

Théâtre Darius Milhaud – 80, allée Darius Milhaud 19ème à Paris. Jusqu’au 30 juin 2012.

01 42 01 92 26 – www.theatredariusmilhaud.fr

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone