Stop aux victimes humaines de la chasse !

©contrepoints.orgSi vous êtes victimes de la chasse en France ou simplement témoin d’autres victimes, il existe désormais une plateforme associative qui propose de recueillir votre témoignage, de vous assister dans votre démarche et lui donner une résonnance pour faire avancer le droit sur ce sujet encore trop peu pris en compte par la justice française. L’Association pour la défense des victimes de la chasse (ADVC), née en février 2013, spécialisée uniquement dans la défense des victimes humaines de la chasse s’occupe de tout.

D’après les chiffres de l’ONCFS, l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, 143 accidents de chasse, dont 18 mortels ont été dénombrés pour la saison 2011/2012. Et 10% environ de ces accidents concernent des non chasseurs. L’ADVC définit ces victimes comme des personnes privées dont le droit de propriété est bafoué. Si les chasseurs restent les premières victimes (90% en 2007), les usagers de la nature ou autres tiers à la chasse ne sont pas épargnés (10%). Par usagers de la nautre, l’association entend animaux domestiques victimes des plombs, balles qui se fichent dans les volets ou les murs des habitations, chevaux des promeneurs équestres qui, affolés, font chuter leurs cavaliers, animaux sauvages qui viennent se réfugier dans les bourgs, sur les propriétés privés ou qui traversent les routes etc. Chaque année des centaines de personnes et d’être vivants sont victimes directement ou indirectement de ces pratiques dangereuses.

Et pour cause, il y a un an, le 3 février 2012, le Sénat a adopté une nouvelle proposition de loi reconnaissant le rôle de la chasse comme « instrument efficace de gestion de la biodiversité » (article 1), et autorisé les chasseurs à pénétrer les propriétés privées pour y réguler les espèces qui causent des dégâts de gibier (article 8) même sans l’accord du propriétaire !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.